Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Le tourisme spatial a de beaux jours devant lui





Le 14 Juillet 2018, par

Voler dans l’espace comme les astronautes, qui n’a jamais rêvé d’une telle chose ? Ce sera bientôt possible, sans avoir besoin d’une formation longue et physique. Par contre, il faudra un compte en banque bien garni.


Le tourisme spatial devrait réellement débuter d’ici l’année prochaine. Deux entreprises vont en effet se concurrencer sur ce créneau destiné, au moins pendant un long moment, aux voyageurs les plus fortunés. Blue Origin, créée par le fondateur d’Amazon Jeff Bezos, pourrait lancer ses premières capsules Blue Shepard d’ici 2019. Prix du ticket : 200 000 dollars, selon une indiscrétion de Reuters. Les 6 passagers seront propulsés par une fusée qui reviendra sur Terre afin d’être réutilisée : c’est la condition sans laquelle les prix seraient encore plus stratosphériques.

Une fois arrivé sur la ligne de Karman, à 100 km de la Terre, Blue Shepard offrira aux voyageurs quelques minutes en apesanteur. Ensuite, retour sur le plancher des vaches avec l’aide de parachutes. L’autre entreprise quasiment prête à se lancer, c’est Virgin Galactic, du fantasque milliardaire britannique Richard Branson. Le prix du billet est plus élevé (250 000 dollars pièce) pour une expérience un peu différente. Pas de fusée, mais un voyage dans une sorte de jet privé, SpaceShipTwo VSS Unity, transporté sous un avion porteur, le WhiteKnightTwo.

Quand ce dernier parvient à 15 000 mètres, il lâche la navette qui devra parcourir les quelques kilomètres restants pour atteindre l’espace. Là aussi, les six passagers profiteront d’une dizaine de minutes d’apesanteur avant de revenir sur Terre. 650 clients sont déjà sur la liste d’attente de Virgin Galactic : ce marché devrait donc rapporter beaucoup d’argent.


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?

Laurence Gilardo, déléguée syndicale SNTA/FO du groupe Casino : « les salariés comme les syndicats du groupe Casino doivent resserrer les rangs »

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF

Pierre Bergounioux : « Les gouvernements, de droite comme de gauche, ont accompli le tour de force, depuis un demi-siècle, de ne rien changer à l’ordre des choses »

Marc Lazar : « La peuplecratie, c’est l’idée que la souveraineté du peuple est sans limites ».

Guillemette Devernois : « Maladies rares : Il faut s’emparer des avancées de la recherche scientifique »

« Appel à la guérilla mondiale »

Nicolas Pham, cofondateur de Beaubleu : « la Maison aux aiguilles rondes »









Rss
Twitter
Facebook