Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Les CAP-BEP ne font pas le poids face à la crise





Le 19 Août 2015, par Léa Pfeiffer

La crise a accentué les difficulté d'insertion sur le marché du travail des diplômés d’un CAP ou d’un BEP. Alors que de leur côté, les titulaires d’un bac s'en sortent bien mieux. Une situation mise en avant par une étude du Céreq qui s'inquiète d'un écart toujours plus grand entre les niveaux de formation.


shutterstock
shutterstock

Les jeunes délaissent les CAP et BEP

Les CAP-BEP affichent 31 % de chômage trois ans après leur arrivée sur le marché du travail.  Aujourd'hui, les non-diplômés sont 49 % a être touchés par le chômage trois ans après avoir quitté les bancs de l'école. A titre de comparaison, à cette même période, le taux de chômage des diplômés d’un bac professionnel est de 20 %, pour un bac général 24 %, et enfin 10 % pour diplômés du supérieur.
 
« La crise heurte frontalement les diplômés de CAP et BEP, venant détériorer encore leur positionnement sur le marché du travail », pointe un rapport du Céreq. « Sans être épargnés par la crise, les bacheliers technologiques ou professionnels sont nettement moins exposés », indiquent les auteurs. Du coup, les jeunes préfèrent désormais poursuivre leurs études dans l’espoir d’obtenir un bac pro ou un bac techno.

Le BEP et le CAP pourraient disparaître

Le BEP a largement été délaissé dans les années 90, puis très affaibli par la réforme du bac pro en 2009, il n'est plus que l'ombre de lui-même. Désormais, les jeunes préfèrent se tourner vers un baccalauréat professionnel. Effet d’anticipation, le rapport du Céreq constate, dès l’année 2008, « un écroulement des effectifs de BEP au profit de ceux des bacs professionnels ».
 

Le CAP souffre aussi de la concurrence croissante des bacs pros et de la crise. Constatant que les diplômés de CAP-BEP sont « moins bien armés pour affronter un marché du travail d’une sélectivité croissante », les auteurs de l’enquête en viennent à s’interroger sur l’existence même de ces diplômes. « A terme », leur pertinence « pourrait être remise en question », jugent-ils.





Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

Frederic Buisson, délégué syndical Groupe adjoint CFE – CGC du groupe Casino : "Casino conserve un temps d’avance par rapport à la concurrence"

François Bertauld, PDG de Médiane Système : "Aujourd’hui les entreprises de services du numérique sont devenues un soutien essentiel à l’innovation industrielle."

Justine Huiwen ZHANG : "Mieux comprendre la Chine"

Bernard Attali : "Un vent de violence"

Guerre économique : « c’est un leadership mondial qui se joue »

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?

Laurence Gilardo, déléguée syndicale SNTA/FO du groupe Casino : « les salariés comme les syndicats du groupe Casino doivent resserrer les rangs »

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF










Rss
Twitter
Facebook