Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Les États-Unis en lutte contre la délocalisation des sièges sociaux à l'étranger





Le 24 Septembre 2014, par

Le Trésor américain ne veut plus voir ces entreprises du pays acquérir des sociétés étrangères afin d'établir leurs QG ailleurs qu'aux États-Unis. Le but de ces entreprises : payer moins d'impôt en s'établissant à l'étranger.


(c) Shutterstock/EconomieMatin
(c) Shutterstock/EconomieMatin
C'est la méthode employée très récemment par Burger King : en achetant la chaîne canadienne de cafés Tim Horton, le roi du hamburger va installer son siège au Canada, où l'imposition sur les entreprises est moins élevée qu'aux États-Unis. Au grand dam des caisses du pays… Il en va de même pour certains pays européens comme l'Irlande, les Pays-Bas ou la Suisse.
 
Ces fusions/acquisitions réalisées depuis les États-Unis par des entreprises du pays ont le don de taper sur les nerfs du fisc américain. Il y a actuellement pour 150 milliards de dollars de ce type de projets en préparation, avec pour une bonne part un volet délocalisation qui déplaît fortement à Washington.
 
Le Trésor américain a donc pris le 23 septembre une décision qui va rendre la vie plus difficile à toutes ces sociétés qui souhaitent prendre le large pour de simples questions d'impôts. Un paquet de mesures fiscales a été mis en œuvre afin de complexifier les opérations de délocalisation d'un siège américain vers un autre pays. Les fusions et acquisitions restent donc largement possibles (et toujours facilitées par la pluie de dollars que fait tomber la Fed sur les entreprises), mais il sera à l'avenir beaucoup plus ardu d'échapper à l'impôt US.
 
Une décision de bon sens qui devra se poursuivre par une baisse de la taxation du rapatriement des dollars stockés à l'extérieur du pays.


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?

Laurence Gilardo, déléguée syndicale SNTA/FO du groupe Casino : « les salariés comme les syndicats du groupe Casino doivent resserrer les rangs »

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF

Pierre Bergounioux : « Les gouvernements, de droite comme de gauche, ont accompli le tour de force, depuis un demi-siècle, de ne rien changer à l’ordre des choses »

Marc Lazar : « La peuplecratie, c’est l’idée que la souveraineté du peuple est sans limites ».

Guillemette Devernois : « Maladies rares : Il faut s’emparer des avancées de la recherche scientifique »

« Appel à la guérilla mondiale »

Nicolas Pham, cofondateur de Beaubleu : « la Maison aux aiguilles rondes »









Rss
Twitter
Facebook