Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Les aéroports français demandent de l'aide à l'État





Le 25 Mai 2020, par Aurélien Delacroix

Dans le secteur aérien, les transporteurs ne sont pas les seuls à souffrir des mesures liées au coronavirus. Les aéroports également tirent la sonnette d'alarme auprès des pouvoirs publics.


Les aéroports à l'arrêt

Air France va bénéficier d'une aide massive des États français et néerlandais, mais qu'en est-il des aéroports ? La question se pose d'autant plus fortement que la fermeture des frontières et les restrictions des déplacements ont réduit l'activité à néant ou presque. Le trafic étant quasiment à l'arrêt, bon nombre d'entre eux sont aujourd'hui « totalement fermés au trafic commercial », s'alarment l'UAF, l'union des aéroports français. « Les équilibres économiques des aéroports sont clairement fragilisés et leur pérennité menacée », explique l'organisation. L'État doit venir au secours de ces aéroports pour en garantir la pérennité. Deux mesures en particulier devraient être prises le plus rapidement possible.

La première demande de l'UAF est de pouvoir continuer à bénéficier des taux actuels de prise en charge du chômage partiel au-delà du 1er juin, date à laquelle le gouvernement va réduire progressivement l'enveloppe consacrée à ce dispositif. L'organisation estime que les contraintes « fortes » qui pèsent sur la reprise du transport aérien devraient lui permettre d'obtenir une exception. Seconde mesure : les pouvoirs publics doivent assumer sur leur budget « le coût du déficit de financement 2020 des missions régaliennes de sûreté et sécurité aéroportuaires ».

Taxe d'aéroport « insoutenable »

Les aéroports financent ces missions de sûreté et de sécurité sur une taxe assise sur le prix du billet d'avion. Ces dépenses sont estimées à 500 millions d'euros. Or, sans trafic, pas de taxes… Si l'Etat ne répondait pas favorablement à ces deux demandes, l'UAF craint que les aéroports ne soient en péril, tout comme des milliers d'emplois. 

L'UAF estime aussi que le déficit cumulé pour l'année 2020, avec la baisse prévisible du trafic passager, va entraîner une augmentation « insoutenable » de la taxe d'aéroport. La compétitivité des aéroports français soumis à la concurrence européenne risque donc une forte dégradation. Le gouvernement devra se saisir de ce dossier s'il veut éviter d'enfoncer un peu plus le secteur dans la crise.




Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | Mémoire des familles, généalogie, héraldique | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Culture | Prospective | Immobilier, Achats et Ethique des affaires | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"



Les entretiens du JDE

Les Arpents du Soleil: un vignoble normand dans la cour des grands

Tarek El Kahodi, président de l'ONG LIFE : "Il faut savoir prendre de la hauteur pour être réellement efficace dans des situations d’urgence"

Jean-Marie Baron : "Le fils du Gouverneur"

Les irrégularisables

Les régularisables

Aude de Kerros : "L'Art caché enfin dévoilé"

Robert Salmon : « Voyages insolites en contrées spirituelles »

Antoine Arjakovsky : "Pour sortir de la guerre"











Rss
Twitter
Facebook