Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Les baisses d’impôts promises par le gouvernement bénéficieront aux plus riches





Le 13 Juillet 2017, par

Edouard Philippe, Premier ministre, a réitéré l’intention du gouvernement de procéder à diverses baisses d’impôts pour les Français dès 2018. Si le programme n’est pas encore totalement fixé on connaît les grandes lignes des réformes qui sont prévues parmi lesquelles la réforme de l’ISF. L’OFCE, l’Observatoire français des conjonctures économiques, a publié le 12 juillet 2017 une étude d’impact de ces diverses réformes.


Le gouvernement vise à réformer l’ISF (Impôt sur la Fortune) qu’il veut transformer en IFI (Impôt sur la Fortune Immobilière), veut baisser la taxe d’habitation pour 80 % des ménages et veut instaurer une flat tax de 30 % sur les flux d’argent de plus de 150 000 euros. Le tout dès 2018 comme l’a annoncé le Premier ministre.

Ces réformes, qui devrait baisser les impôts de près de 9,15 milliards d’euros selon l’OFCE vont surtout bénéficier aux 10 % les plus riches selon l’étude d’impact. La réforme de l’ISF en IFI, déjà, représente 3 milliards des quelque 4,20 milliards de baisses d’impôts que va connaître le décile le plus riche de la population française. Ainsi, tous les ménages qui touchent plus de 3 559 euros nets par mois, selon l’OFCE, vont capter 46 % des baisses d’impôts et voir leurs revenus annuels augmenter de 2,6 %.

En moyenne, les réformes permettraient une augmentation de 1,4 % des revenus des ménages français mais l’OFCE prévient que le dernier décile, les plus pauvres, risquent même d’y perdre de l’argent. Si le gouvernement ne touche ni aux aides sociales ni au système de remboursement de la santé, les 10 % les plus pauvres verraient leurs revenus augmenter de 1 % soit 86 euros par an.

Mais on sait déjà que le gouvernement veut financer ces réformes par des baisses dans les dépenses de l’État. L’OFCE estime que, selon les coupes qui seront décidées, les 10 % les plus pauvres pourraient même voir leurs revenus annuels baisser de 4 %, soit 337 euros par an, en particulier si des coupes sont effectuées au niveau des APL et de la santé.


Paolo Garoscio
Après son diplôme de Master en Philosophie du Langage, Paolo Garoscio a décidé de se tourner vers... En savoir plus sur cet auteur


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

Guerre économique : « c’est un leadership mondial qui se joue »

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?

Laurence Gilardo, déléguée syndicale SNTA/FO du groupe Casino : « les salariés comme les syndicats du groupe Casino doivent resserrer les rangs »

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF

Pierre Bergounioux : « Les gouvernements, de droite comme de gauche, ont accompli le tour de force, depuis un demi-siècle, de ne rien changer à l’ordre des choses »

Marc Lazar : « La peuplecratie, c’est l’idée que la souveraineté du peuple est sans limites ».

Guillemette Devernois : « Maladies rares : Il faut s’emparer des avancées de la recherche scientifique »

« Appel à la guérilla mondiale »










Rss
Twitter
Facebook