Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Les banques américaines trop fragiles en cas de crise





Le 14 Avril 2016, par

Cinq des plus grandes banques américaines sont mal armées en cas de crise financière majeure. Pas question, comme en 2008, que ce soient les contribuables qui sauvent les établissements financiers en cas de mauvaise préparation à un coup dur.


© Shutterstock/EconomieMatin
© Shutterstock/EconomieMatin
En 2008, c'est l'argent de l'État américain qui a sauvé le système financier du pays, menacé d'explosion suite à la défaillance de plusieurs de ses banques. Il n'est plus question de revivre ce cauchemar, c'est pourquoi une loi oblige depuis 2010 les établissements bancaires à prouver qu'en cas de faillite, les caisses publiques n'auront pas à les renflouer ou à payer les pots cassés.

Cinq des huit plus grandes banques américaines ont échoué à prouver leur solidité financière. Les dossiers visés par la Réserve fédérale américaine (Fed) et le fonds fédéral de garantie des dépôts bancaires montrent que Wells Fargo, JP Morgan Chase, Bank of New York Mellon et State Street sont des géants aux pieds d'argile.

Ces banques ont jusqu'au 1er octobre de cette année pour démontrer leur solidité, par exemple en améliorant leurs fonds propres. Si les modifications ne sont pas jugées suffisantes, alors la Fed et le fonds pourront leur imposer des normes autrement plus strictes. Les établissements bancaires ne voudront sans doute pas avoir les régulateurs sur le dos, c'est pourquoi elles feront les efforts nécessaires.


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur

Tags : banques

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur



Les entretiens du JDE

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF

Pierre Bergounioux : « Les gouvernements, de droite comme de gauche, ont accompli le tour de force, depuis un demi-siècle, de ne rien changer à l’ordre des choses »

Marc Lazar : « La peuplecratie, c’est l’idée que la souveraineté du peuple est sans limites ».

Guillemette Devernois : « Maladies rares : Il faut s’emparer des avancées de la recherche scientifique »

« Appel à la guérilla mondiale »

Nicolas Pham, cofondateur de Beaubleu : « la Maison aux aiguilles rondes »

« Accueillir c’est protéger ! » par Frédéric Giqueaux

Karine Schrenzel, PDG des 3 Suisses : « L’envie d’entreprendre est un sentiment que j’ai toujours porté en moi »










Rss
Twitter
Facebook