Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Les cartes de collection de Sorare intéressent le régulateur des paris sportifs en France





Le 2 Août 2022, par Olivier Sancerre

La start-up française Sorare vend des cartes de sportifs issus notamment du football, sous la forme de NFT. La valeur de ces cartes évolue en fonction des performances des sportifs. Mais est-ce un jeu d'argent au sens de la loi ?


Cartes de collection à la sauce NFT

Sorare est une des start-ups les plus importantes du tout nouveau secteur du web3. Valorisée 4,3 milliards de dollars, employant une centaine de salariés, l'entreprise a mis en place une activité qui s'appuie sur les NFT, ces jetons non fongibles dont la propriété est assurée par la technologie blockchain. C'est une plateforme de vente et d'échange de cartes virtuelles de sportifs, dont la valeur évolue en fonction des réalisations de ces derniers sur le terrain.

L'Autorité nationale des jeux (ANJ) cherche à déterminer si Sorare propose des paris sportifs. Si c'était le cas, alors la start-up serait soumise à une législation et à une fiscalité beaucoup plus lourde qu'actuellement. Une première rencontre aura lieu entre l'ANJ et les représentants de Sorare au mois de septembre. En attendant, la société fait valoir ses arguments.

Nouveau modèle économique

Nicolas Julia, le cofondateur de Sorare, explique ainsi que « lorsqu'une entreprise invente un nouveau modèle en se fondant sur une technologie naissante, et connaît le succès, il n’est pas surprenant que cela soulève des questions ». Ce que propose la plateforme est « un nouveau modèle qui n'entre dans aucun cadre existant », martèle-t-il.

Il y a pourtant une part de spéculation et de « sacrifice financier » de la part des joueurs qui doivent payer leurs cartes de collection, en espérant un gain financier lors de la revente. Sorare indique que les utilisateurs ont la pleine propriété des cartes, ce qui signifie que les sommes investies ne sont jamais perdues. L'ANJ devra caractériser la nature du jeu.




Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Culture | Prospective | Industrie immobilière | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"













Rss
Twitter
Facebook