Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

"Les collectivités territoriales sont nos partenaires privilégiés." Carmen Munoz, Directrice Générale de Citelum





Le 27 Août 2019


En tant que spécialiste de l'éclairage urbain vous êtes un acteur central du développement des villes. Étant donnés les nouveaux défis de l'urbanisme comme l'importance de la résilience, le développement durable et la mobilité, comment les espaces urbains sont-ils appelés à évoluer d'après vous ?

Ce qui apparait très clairement c'est l'émergence d'une vision globale des collectivités quant à la gestion de leur espace urbain. Celle-ci doit maintenant intégrer tout à la fois les enjeux environnementaux et le bien-être des citoyens. Cela se fait par l'accroissement des zones piétonnes, le développement des mobilités douces, le verdissement des espaces avec des plantations importantes d'arbres et des réalisations de parcs et jardins.

Cette tendance se vérifie dans de nombreuses villes, il suffit pour cela de regarder à Paris avec le Parc Rives de Seine ou à Madrid où le choix politique clair a été fait de continuer de réduire le trafic automobile en centre-ville. Mexico city s'est lancée dans un grand chantier de plantation d'arbres, ainsi qu'Ahmedabad en Inde. Mais les villes moyennes aussi sont engagées dans cette voie. je pense notamment à la ville d'Asnières avec qui nous travaillons et qui œuvre énormément dans ce sens. La ville de demain devra être verte et beaucoup d'élus l'ont compris.

En réponse aux urgences environnementales et à la volonté de plus en plus forte des citoyens, nous retrouvons cette volonté politique dans beaucoup de villes du monde, quelle que soit la sensibilité politique des élus et cela a d'autres conséquences sur la politique urbaine. Ces impératifs sont également autant de stimulations pour être créatifs et innovants. Je pense là au concept de la "ville du ¼ d'heure", développé par le professeur Carlos Moreno, directeur scientifique de la Chaire ETI (Entreprenariat Territoire Innovation) à la Sorbonne. L'idée est simple, afin de limiter les déplacements il faut développer l'hyper-proximité et rendre un maximum de services accessibles aux citoyens dans un espace réduit. En somme dans les villes, l'immobilité est le futur de la mobilité !

Vous êtes présents sur le marché privé, toutefois la plupart de vos clients sont les collectivités. En tant qu'industriel, comment vous intégrez-vous aux projets politiques et sociétaux des villes ?

Effectivement les collectivités territoriales sont nos partenaires privilégiés et notre premier devoir est de les écouter et de les comprendre afin de servir leur projet porté par les citoyens. A Copenhague par exemple, le projet politique est très clair, il s'agit d'atteindre la neutralité carbone d'ici 2025. Avec eux nous travaillons donc sur les économies d'énergie et l'intégration des mobilités douces avec la gestion du trafic des vélos etc. A Mexico le souci environnemental est aussi très fort mais la sécurité est également un enjeu majeur pour lequel nous travaillons étroitement avec les autorités locales.

Les différences culturelles sont également à prendre en compte. Nous n'éclairons pas de la même manière Mexico et Copenhague ! A Mexico la couleur est très valorisée, là où les habitants de Copenhague ont un goût plus développé pour une lumière plus feutrée, plus discrète.

Les villes ce sont d'abord des citoyens qui ont choisi de faire confiance en des élus pour appliquer un projet politique. Nous sommes là pour participer à la réalisation de ces engagements, il est donc essentiel que nous comprenions les objectifs profonds qui sous-tendent aux projets politiques afin d'y répondre de façon efficace et appropriée. Nous sommes au service des élus qui sont eux-mêmes au service des citoyens.

Quelles sont les conditions principales qu'une entreprise comme la vôtre doit remplir afin de candidater sur ces appels d'offres ?

Le premier critère à remplir est celui des références. Or nous sommes présents dans plus de cent villes, nous gérons plus de trois millions de points lumineux pour une population de plus de trente millions de citoyens. Et nos références sont des villes très différentes en tailles et particularismes culturelles, politiques ou techniques. Nous sommes par exemple à Rome, à Barcelone, à Santiago de Chili, à Copenhague ou encore Paris. Mais également aux côtés de villes plus petites mais tout aussi engagées et ambitieuses sur les terrains de l'esthétique, de l'environnement et du bien-être des citoyens comme Dijon, Pérouse en Italie ou Almeria en Espagne. Toutes ces références attestent de nos compétences et de nos capacités à mobiliser des équipes de qualité pour des projets de plus en plus larges et complexes.

Egalement, les projets évoluant vers davantage de digital et de numérique, les clients nous sollicitent de plus en plus pour nos compétences dans ces domaines. Pour cela notre filiale Citegestion, qui développe notre plateforme digitale MUSE, déjà installée dans beaucoup de villes. Elle est par exemple utilisée à Naples, Palma de Majorque, Albuquerque aux Etats-Unis, Dijon et Paris, pour n'en citer que quelques-unes.

Nos certifications dans différents domaines comme la qualité, l'environnement ou encore l'éthique et la conformité attestent de nos capacités. D'ailleurs au Brésil nous sommes engagés pour obtenir la certification ISO 37001 - Systèmes de management anti-corruption et la certification ISO 19600 -Systèmes de management de la compliance, ce qui nous semble très important car nous ne faisons aucun compromis sur ces questions. Notre choix d'être certifiés sur ces sujets là au Brésil n'est pas anodin. Il y a malheureusement là-bas des cas de corruption avérés et il était important pour nous de nous prémunir contre ces usages de façon encore plus drastique qu'ailleurs. Nous nous imposons à nous-mêmes ces contraintes car nous ne transigeons pas avec l'éthique et la conformité, où que nous allions.

La réglementation vous permet de faire appel à la sous-traitance pour effectuer une partie des prestations du marché conclu avec la collectivité locale. Comment cette sous-traitance est-elle encadrée ? Les entreprises auxquelles vous pouvez faire appel sont-elles soumises aux mêmes obligations en termes environnementaux et sécuritaires que Citelum ?

La réponse est clairement oui ! Il est important que nous ayons une réelle maîtrise des métiers et la sous-traitance ne représente pas la plus grande partie de notre main d'œuvre. Cependant nous avons effectivement des sous-traitants dans différents pays et les règles qui leur sont appliquées en termes de santé et sécurité, éthique et conformité ou encore qualité sont les mêmes qu'à nos équipes. Pour nous assurer de cela nous faisons des contrôles de sécurité réguliers et je me suis fixé moi-même une douzaine de visites à effectuer par an un peu partout dans le monde. Je tiens en effet à être en première ligne sur ces sujets de sécurité car le soin apporté à nos collaborateurs et à nos partenaires est aussi notre marque de fabrique chez Citelum




Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

​« L’Etat ne peut pas se transformer en « père fouettard » et réguler avec des mesures très restrictives les acteurs innovants de l’économie collaborative »

"Les collectivités territoriales sont nos partenaires privilégiés." Carmen Munoz, Directrice Générale de Citelum

Frederic Buisson, délégué syndical Groupe adjoint CFE – CGC du groupe Casino : "Casino conserve un temps d’avance par rapport à la concurrence"

François Bertauld, PDG de Médiane Système : "Aujourd’hui les entreprises de services du numérique sont devenues un soutien essentiel à l’innovation industrielle."

Justine Huiwen ZHANG : "Mieux comprendre la Chine"

Bernard Attali : "Un vent de violence"

Guerre économique : « c’est un leadership mondial qui se joue »

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?










Rss
Twitter
Facebook