Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Les conditions actuelles du chômage partiel prolongées jusqu'en mars





Le 17 Février 2021, par Olivier Sancerre

Les entreprises vont bénéficier des mêmes conditions de chômage partiel jusqu'en mars. Elles auraient dû changer le mois prochain mais face à la situation sanitaire qui se prolonge, le gouvernement fait un geste.


Pas de hausse du reste à charge

Il n'y aura pas de changement dans les conditions du chômage partiel jusqu'au mois de mars, a annoncé Elisabeth Borne à BFM Business. Le dispositif, mis en place au printemps dernier pour permettre aux entreprises de conserver leurs salariés, est symbolique du « quoi qu'il en coûte » présidentiel. « On va prolonger au mois de mars les taux actuels d'activité partielle donc il n'y aura aucun reste à charge pour les secteurs qui sont frappés par la crise », a expliqué la ministre du Travail. Par conséquent, le taux de 15 % du reste à charge ne changera pas le mois prochain, « pour répondre à l'incertitude sur la situation sanitaire », a-t-elle ajouté.

Actuellement, les salariés bénéficiant du chômage partiel touchent 70 % de leur salaire brut (ce qui représente 84 % du net). Les entreprises leur versent 15 % de la rémunération, c'est le fameux reste à charge. Ce taux aurait dû augmenter à 40 % en mars, tandis que l'indemnisation serait passée à 60 % du brut. La hausse du reste à charge est donc repoussée au mois d'avril. Elle avait été reportée à plusieurs reprises.

Le chômage partiel à 100 % dans certains secteurs

Une exception a été accordée aux secteurs qui sont les plus touchés par l'épidémie : les salariés dans l'hôtellerie-restauration, les loisirs et les sports, la culture, peuvent toujours bénéficier d'une prise en charge à 100 % de leur rémunération par l'État. Selon Elisabeth Borne, 9 millions de salariés en ont profité au printemps dernier, 3 millions en novembre, durant les deux confinements.

La ministre du Travail rappelle l'existence d'un autre outil, qui permet aux entreprises de mettre en place un mécanisme de réduction du temps de travail (jusqu'à 40 heures chômées en moyenne pendant 6 à 24 mois) : l'accord d'activité partielle longue durée. 530.000 salariés dans plus de 7.000 entreprises en bénéficient, relève-t-elle.




Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Prospective | Industrie immobilière | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"



Les entretiens du JDE

Islamo…quelque chose…oui, mais quoi ?

In-house Shadow Cabinet : Un cabinet fantôme au sein des comités stratégiques

La Corporation des Incertitudes : La Génétique Managériale des Conquérants

Faut-il nationaliser Sanofi ?

Décryptage Stratégique de la Pensée Sun Tzu

Merci Donald !

Schoolab Entreprise à Mission ou comment concilier Business et enjeux sociétaux

Violence policière est fait divers













Rss
Twitter
Facebook