Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Les déclarations d'embauche ont connu une baisse historique





Le 22 Juillet 2020, par Olivier Sancerre

Ce n'est pas réellement une surprise : les déclarations d'embauche ont littéralement fondu au deuxième trimestre, laissant entrevoir une explosion du chômage en 2020. Mais le rebond enregistré depuis le mois de mai est positif.


40% de déclarations d'embauche en moins au deuxième trimestre

Le chiffre donne le tournis : au deuxième trimestre, alors que l'économie était paralysée en raison des mesures de confinement, les déclarations d'embauche de plus d'un mois dans le secteur privée (hors intérim) ont plongé de 40,1%. L'Agence centrale des organismes de sécurité sociale (Acoss) a enregistré 1,21 million de déclarations entre avril et fin juin. Une « chute historique », selon l'agence. Au premier trimestre, le nombre de déclarations d'embauche avait déjà reculé de 6,5%, alors que le confinement a commencé durant la deuxième quinzaine de mars.

Avec une telle baisse du nombre de déclarations d'embauche, tous les types de contrats sont touchés, CDD (-36,6%) comme CDI (-43,7%). Toutes les régions, tous les types d'entreprises (PME comme grands groupes), tous les secteurs d'activité ont fortement réduit leurs embauches. Sur un rythme annuel, le deuxième trimestre accuse une baisse de 43,5% par rapport à la même période de 2019. Le mois d'avril a subi la pire chute avec 72,2% de déclarations en moins, puis -49,5% pour le mois de mai et -9% en juin.

Le déconfinement en œuvre

Malgré tout, quand on regarde la progression d'un mois sur l'autre, les effets du déconfinement se font nettement sentir. Les déclarations d'embauche ont fondu de 63,9% en avril par rapport au mois de mars, qui avait déjà enregistré une baisse conséquente de 24,7%. Mais les embauches de plus d'un mois ont repris en mai (+78,4%) et juin (+84,4%). Pas de quoi retrouver le niveau d'avant la crise sanitaire : pour ça, il faudra plusieurs semaines et plusieurs mois de progression.

C'est pourquoi le ministère de l'Économie prévoit un taux de chômage de 11% en 2020, suite à la destruction de 900.000 emplois. Un taux à comparer avec les 8,1% enregistrés à la fin de l'année dernière. Le retour à la normale risque d'être long. L'exécutif a annoncé sa volonté de tout faire pour redresser l'emploi des jeunes très vite : si le contexte ne s'améliore pas très rapidement, les jeunes diplômés risquent en effet de connaître de sérieuses difficultés pour s'insérer dans le monde professionnel.



Tags : emploi

Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Prospective | Industrie immobilière | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"



Les entretiens du JDE

La France doit consacrer l’importance stratégique d’une filière de l’hygiène

Sacha Lazimi (Yubo) : « En termes de communauté, nous sommes la première application sociale 100 % made in France »

Relance économique : de la nécessité d’intégrer la sécurisation des échanges inter-entreprises

Le chômage américain baisse… si vous excluez les CDD

TwentyTwo Real Estate: "agilité et rigueur face au risque" (Daniel Rigny)

Comment réagir face à l'entrisme islamique en entreprise

« Fantaisies quantiques » : Quand la collaboration des chercheurs fait avancer l’humanité !

« MAINSTREAM » : Il y a bien une bataille mondiale pour une domination culturelle













Rss
Twitter
Facebook