Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Les défaillances d'entreprises sont reparties à la hausse en 2023





Le 8 Janvier 2024, par François Lapierre

Trois ans après la crise sanitaire, la France assiste à une augmentation notable des défaillances d'entreprises, une situation qui révèle de nouvelles fragilités économiques. En 2023, la Banque de France a enregistré une hausse significative des procédures de redressements et liquidations judiciaires, signe d'un paysage économique en mutation.


Retour à la normale pour les défaillances d'entreprises

La France observe une reprise des défaillances d'entreprises à des niveaux proches de ceux d'avant la pandémie de Covid-19. En 2023, 55.492 entreprises ont été concernées par des procédures de redressements et de liquidations judiciaires, soit une augmentation de 34 % par rapport à l'année précédente. Ce chiffre, bien qu'inférieur à la moyenne de 59.300 cas annuels enregistrés entre 2010 et 2019, marque un retour brutal à des réalités économiques pré-pandémiques.

Les causes de cette hausse s'expliquent en partie par la fin des mesures de soutien gouvernementales, telles que les aides de l'Urssaf et les prêts garantis par l'État, qui avaient temporairement freiné les défaillances pendant la crise. Parallèlement, l'augmentation du nombre de créations d'entreprises en France, dépassant le million annuel, s'accompagne d'un taux élevé de jeunes sociétés échouant rapidement.

Un aspect particulièrement préoccupant est la hausse de 60 % des défaillances chez les entreprises de plus grande taille, telles que les PME, ETI et grandes entreprises. Plus de 4.450 cas ont été recensés, touchant des secteurs variés et menaçant des milliers d'emplois. Des entreprises renommées comme Kookaï, Gap France, les Aciéries de Ploërmel Industrie, et la plateforme Frichti ont été particulièrement affectées.

Les secteurs les plus affectés

Cette tendance pourrait être le signe d'une nouvelle phase économique, où les défaillances reflètent une fragilité accrue des entreprises. Ce phénomène est exacerbé par un contexte économique difficile, marqué par une inflation persistante, des taux d'intérêt élevés, une demande en baisse et une croissance économique stagnante. L'Insee rapporte un recul du PIB au troisième trimestre 2023 et prévoit une stagnation pour le quatrième trimestre.

Les secteurs les plus touchés incluent le commerce, le bâtiment, l'hôtellerie-restauration et le conseil aux entreprises. En 2024, la France pourrait franchir le seuil des 60.000 défaillances. Un pic de 70.000 défaillances pourrait même être franchi au premier trimestre 2025, bien qu'il ne s'agisse pas d'un scénario de crise aiguë. Le risque serait particulièrement élevé pour les entreprises incapables de répercuter la hausse de leurs coûts de production ou fortement exposées au durcissement des conditions de financement.




Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Mémoire des familles, généalogie, héraldique | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Culture | Prospective | Immobilier, Achats et Ethique des affaires | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"



Les entretiens du JDE

Tarek El Kahodi, président de l'ONG LIFE : "L’environnement est un sujet humanitaire quand on parle d’accès à l’eau" (2/2)

Tarek El Kahodi, président de l'ONG LIFE : "Il faut savoir prendre de la hauteur pour être réellement efficace dans des situations d’urgence" (1/2)

Jean-Marie Baron : "Le fils du Gouverneur"

Les irrégularisables

Les régularisables

Aude de Kerros : "L'Art caché enfin dévoilé"

Robert Salmon : « Voyages insolites en contrées spirituelles »

Antoine Arjakovsky : "Pour sortir de la guerre"













Rss
Twitter
Facebook