Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Les distributeurs de billets « universels » en forte baisse l'an dernier





Le 5 Août 2020, par Olivier Sancerre

L'argent dématérialisé aura-t-il la peau des billets de banque ? Si le nombre de distributeurs d'espèces est demeuré stable l'an dernier, la réalité consacre plusieurs tendances de fond.


Les points d'accès privatifs en progression

En 2019, 2.135 distributeurs de billets ont fermé. À la fin de l'année, la France comptait 50.316 distributeurs, un volume en recul de 4,1% par rapport à 2018. Selon le rapport de la Banque de France et du ministère de l'Économie, la cadence des fermetures s'est accélérée l'année dernière, puisqu'elle s'établissait en moyenne à 1,5% entre 2015 et 2018. Mais dans le même temps, le nombre de points d'accès privatifs, c'est-à-dire ces distributeurs d'espèces accessibles uniquement aux clients de leur réseau d'appartenance, a augmenté : ils sont passés de 23.202 à 25.536 en 2019. Le nombre total d'accès aux espèces n'évolue donc pas tellement d'une année sur l'autre : 75.653 en 2019, 75.852 en 2019. La fin des billets, ce n'est donc pas pour tout de suite !

Dans le détail, le nombre de distributeurs d'espèces universels recule fortement dans les villes de plus de 10.000 habitants (-4,8%). La baisse est moins sensible dans les villages de 1.000 à 2.000 habitants (-1,3%) et dans les villages de 500 à 999 habitants (-2,7%). Les communes de moins de 500 habitants ont même enregistré une augmentation des distributeurs, de 2,7%. Dans le même temps, le nombre de points d'accès privatifs a progressé dans les grandes villes, de 25,4%. La hausse est de 18,8% dans les villes de 5.000 à 9.999 habitants. La progression est moins spectaculaire dans les villages (+2,4%).

Bon accès aux espèces

Le rapport relève que 18,8% des communes ont accès à un distributeur de billets sur son territoire, tandis qu'un quart ont au moins un accès privatif. 56,7% d'entre elles n'ont accès à aucun distributeur d'espèces d'aucune sorte. La Banque de France note que l'accès aux espèces demeure très bon : « près de 99% de la population métropolitaine réside soit dans une commune équipée d'au moins un automate, soit dans une commune située à moins de quinze minutes en voiture de la commune équipée la plus proche ».

Selon l'institution, le recul des distributeurs d'espèces peut s'expliquer par la baisse de l'usage des billets dans les transactions : les consommateurs utilisent de plus en plus des systèmes de paiement dématérialisé, qu'il s'agisse de cartes sans contact ou un smartphone. Une tendance qui s'est accentuée durant le confinement. Par ailleurs, le nombre d'agences bancaires est en recul, et les établissements 100% en ligne accélère la fermeture des distributeurs.



Tags : banque

Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Prospective | Industrie immobilière | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"



Les entretiens du JDE

Le MoHo : un collectif pour changer le monde !

Couvre-feu : « leur » monde à l’envers

L’intégration des étrangers de France : du mythe à la réalité.

La fin du franc CFA : un livre qui bouscule les idées reçues.

C’est pire qu’un crime, c’est une faute

J’ai deux amours…

Institut Sapiens : « Les concessions autoroutières préservent l’intérêt général »

​Jean-Luc Favène, Directeur Général de Lissac : "Notre modèle de franchise à tout pour séduire indépendants et primo-franchisés"













Rss
Twitter
Facebook