Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Les émeutes en France : un fardeau financier pour les commerçants





Le 3 Juillet 2023, par Benoit Vrignaud

Les émeutes urbaines récentes en France ont laissé une empreinte profonde sur le paysage commercial du pays. Les pertes financières, qui dépassent les cent millions d'euros, illustrent l'ampleur des dégâts.


Les commerçants payent le prix des émeutes

Incendies, pillages et destructions, les commerçants sont de nouveau en première ligne face aux émeutes qui ont secoué la France en 5 jours.
Incendies, pillages et destructions, les commerçants sont de nouveau en première ligne face aux émeutes qui ont secoué la France en 5 jours.
Les émeutes ont eu un impact financier majeur sur les commerçants. À Marseille, près de 400 commerces ont été vandalisés, des épiceries aux boutiques de luxe, en passant par les tabacs. Les dégâts sont si importants que certains magasins pourraient mettre des mois à se remettre, en particulier ceux qui ont été incendiés ou dont le stock a été volé en totalité. Les assureurs estiment les pertes à plus de cent millions d'euros. Ce chiffre comprend les indemnisations pour les dégradations et les pertes d'exploitation, lorsque cela est couvert par les contrats.

Cependant, tous les commerçants ne seront pas indemnisés de la même manière. En effet, bien que les contrats multirisques professionnels couvrent les risques de base tels que l'incendie ou le vol, ils n'incluent pas les pertes d'exploitation. Seul un commerce sur deux a souscrit à une assurance contre les pertes d'exploitation, ce qui pourrait compliquer la situation pour certains commerçants.

​Assurances et contribuables en renfort

Une autre dimension vient s'ajouter au prix des réparations. Les franchises et les jours de carence peuvent également affecter le montant de l'indemnisation. Le ministre de l'Économie a exhorté les assureurs à indemniser rapidement les victimes et à réduire les franchises, mais la mise en œuvre de ces mesures reste à voir.

En plus des commerçants, les transports publics ont également été touchés par les émeutes. Les dégradations se sont poursuivies, alourdissant la facture. Celle-ci devrait au moins en partie être attribuée à l'État et donc aux contribuables. Les conditions d'une dégradations suite à un rassemblement sont en effet imputables au garant de l'ordre public. C'est donc une charge supplémentaire qui vient s'ajouter au budget de l'État et donc aux Français, soit dès à présent, soit des générations futures en cas de contraction de dettes additionnelles. 




Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Mémoire des familles, généalogie, héraldique | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Culture | Prospective | Immobilier, Achats et Ethique des affaires | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"



Les entretiens du JDE

Tarek El Kahodi, président de l'ONG LIFE : "L’environnement est un sujet humanitaire quand on parle d’accès à l’eau" (2/2)

Tarek El Kahodi, président de l'ONG LIFE : "Il faut savoir prendre de la hauteur pour être réellement efficace dans des situations d’urgence" (1/2)

Jean-Marie Baron : "Le fils du Gouverneur"

Les irrégularisables

Les régularisables

Aude de Kerros : "L'Art caché enfin dévoilé"

Robert Salmon : « Voyages insolites en contrées spirituelles »

Antoine Arjakovsky : "Pour sortir de la guerre"













Rss
Twitter
Facebook