Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Les enseignes Jules, Brice et Bizzbee touchées par un plan de transformation





Le 17 Juillet 2018, par

Coup dur pour les enseignes de prêt-à-porter Jules, Brice, Bizzbee et Gentille Factory. Le groupe Happychic, qui détient ces marques, a annoncé un plan de transformation de l'entreprise qui va se concrétiser par la suppression de 466 postes.


Ces coupes claires, qui se dérouleront sur les deux prochaines années, vont toucher les trois enseignes d'habillement, dont les ventes n'ont cessé de baisser ces derniers temps. Ce sont 78 magasins Jules et Brice, et 10 magasins Bizzbee  qui seront fermés ou revendus ; un entrepôt basé au Mans, dans la Sarthe, va également fermer ses portes en avril prochain (mais les magasins ne seront pas concernés). Le groupe Happychic, basé à Roubaix, détient 740 magasins dans 17 pays. Il compte 2 600 salariés en France, pour un total de 4 000 dans le monde. Le chiffre d'affaires de l'entreprise s'est établi l'an dernier à 720 millions d'euros.

Ce plan de transformation a été annoncé ce mardi 17 juillet durant une réunion extraordinaire du comité d'entreprise du groupe HappyChic, qui gravite au sein de la galaxie Mulliez (Auchan). Les premiers départs pourraient intervenir dès le début de l'année prochaine. HappyFactory explique dans le communiqué qu'il s'agit de "renouer avec la compétitivité sur le marché très concurrentiel du prêt-à-porter masculin", et de "premières pistes de réflexion". La société envisage de fusionner Jules et Brice avec d'autres entités de HappyChic d'ici un an. À terme, on ne retrouverait plus qu'une seule marque sur l'ensemble du nouveau réseau.

Ce n'est pas la première fois que le groupe HappyChic annonce des fermetures de magasins : l'entreprise va déjà fermer une grosse dizaine de boutique Jules, Brice et Bizzbee d'ici la fin de l'année. Les négociations concernant le plan de sauvegarde de l'emploi (PSE) débuteront à la fin août, et elles devraient se terminer au mois de novembre. 


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

Frederic Buisson, délégué syndical Groupe adjoint CFE – CGC du groupe Casino : "Casino conserve un temps d’avance par rapport à la concurrence"

François Bertauld, PDG de Médiane Système : "Aujourd’hui les entreprises de services du numérique sont devenues un soutien essentiel à l’innovation industrielle."

Justine Huiwen ZHANG : "Mieux comprendre la Chine"

Bernard Attali : "Un vent de violence"

Guerre économique : « c’est un leadership mondial qui se joue »

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?

Laurence Gilardo, déléguée syndicale SNTA/FO du groupe Casino : « les salariés comme les syndicats du groupe Casino doivent resserrer les rangs »

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF










Rss
Twitter
Facebook