Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Les entreprises appelées à éponger l'ardoise de la dette





Le 24 Mars 2021, par Aurélien Delacroix

Les entreprises pourraient être mises à contribution pour résorber la dette publique, a annoncé Bruno Le Maire. Le ministre de l'Économie a insisté sur le fait que l'État a répondu présent pour soutenir les entreprises durant la crise sanitaire.


Soutien de l'État pendant la crise sanitaire

Il n'est pas question d'augmenter les impôts pour rembourser la dette occasionnée par les différents dispositifs mis en place durant la crise sanitaire. Et pourtant, il faudra bien rembourser l'argent emprunté pendant cette période (qui se poursuit). À l'occasion d'un débat sur la dette à l'Assemblée nationale, Bruno Le Maire a expliqué que l'idée d'annuler une partie de la dette était « dangereuse et inutile ». À la place, le ministre de l'Économie a plusieurs options. 

Pour renflouer les caisses de l'État mises à mal par l'épidémie, le gouvernement mise sur les réformes structurelles comme celle des retraites, sur pause alors qu'elle aurait dû être votée l'an dernier. Bruno Le Maire plaide aussi pour une réforme de la gouvernance des finances publiques qui permettra la mise en œuvre d'un système de dépense sur plusieurs années. Le patron de Bercy a aussi une autre recette qui risque de faire grincer des dents : faire payer les entreprises.

Les entreprises mettront la main à la pâte

« Si demain les entreprises renouent avec la croissance, ont une croissance supplémentaire, et donc que les recettes de l’impôt sur les sociétés augmentent », a t-il expliqué, « est-ce qu’il ne serait pas efficace, est-ce qu’il ne serait pas juste, de consacrer une part de l’augmentation de cet impôt sur les sociétés au remboursement de la dette Covid ? ». Les entreprises pourraient donc être appelées au chevet de la dette. Elles vont « rendre ce qu'elles ont réussi à obtenir grâce à la protection de l'État », a ajouté Bruno Le Maire.

C'est qu'il y a urgence : la dette a bondi à 120% du produit intérieur brut en 2020, et son niveau devrait rester similaire cette année. La crise sanitaire a engendré une dette supplémentaire de 215 milliards d'euros, dont 75 milliards pour les organismes sociaux. Un allongement de la CRDS permettra d'éponger une partie de l'ardoise, mais il en faudra plus pour en venir à bout.




Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | Mémoire des familles, généalogie, héraldique | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Culture | Prospective | Immobilier, Achats et Ethique des affaires | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"



Les entretiens du JDE

Les Arpents du Soleil: un vignoble normand dans la cour des grands

Tarek El Kahodi, président de l'ONG LIFE : "Il faut savoir prendre de la hauteur pour être réellement efficace dans des situations d’urgence"

Jean-Marie Baron : "Le fils du Gouverneur"

Les irrégularisables

Les régularisables

Aude de Kerros : "L'Art caché enfin dévoilé"

Robert Salmon : « Voyages insolites en contrées spirituelles »

Antoine Arjakovsky : "Pour sortir de la guerre"











Rss
Twitter
Facebook