Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Les entreprises vont-elles devoir faire le travail de la Sécurité sociale ?





Le 2 Août 2018, par Paul Malo

Le gouvernement envisage de basculer quatre jours d'indemnisation de la Sécurité sociale vers les employeurs, pour les arrêts de moins de huit jours.


900 millions d'euros de charge supplémentaire

C'est dire : même le syndicat Force Ouvrière  juge « inadmissible » un tel désengagement de l'Assurance-maladie sur l'employeur, la CFDT dénonçant quant à elle une mesure stigmatisant les salariés les plus fragiles et contre-productive en termes de prévention. Les numéros uns du Medef, de la CPME et de l'U2P viennent  d’adresser à Edouard Philippe lui demandant expressément de reporter ce projet. Pour eux, une telle mesure constituerait une « charge nette nouvelle que nous ne pouvons accepter ». Pesant sur la compétitivité des entreprises, elle irait « à l'inverse de la politique de baisse des prélèvements obligatoires affirmée par le Gouvernement ». Le patronat souligne que ce transfert de la Sécurité sociale vers les entreprises, qui représenterait une charge supplémentaire d’au moins 900 millions d’euros, aurait « un impact systémique qui mérite d'être discuté avec les partenaires sociaux avant toute prise de décision. »
 

Financer le plan de transformation de la santé

Pourquoi telle mesure ? Encore et toujours afin de réaliser des économies. Mais aussi pour lutter contre la multiplication des arrêts de travail de complaisance, et autres congés maladie abusifs. Des abus qui représentent tout de même environ 400 millions d’euros par an sur un coût total d’une dizaine de milliards d’euros. Agir sur cette variable aiderait sans doute le gouvernement à trouver un peu de marge de manœuvre budgétaire afin de financer son grand (et donc coûteux) plan de transformation de la santé, dont l’annonce est prévue pour la rentrée 2018.
 




Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?

Laurence Gilardo, déléguée syndicale SNTA/FO du groupe Casino : « les salariés comme les syndicats du groupe Casino doivent resserrer les rangs »

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF

Pierre Bergounioux : « Les gouvernements, de droite comme de gauche, ont accompli le tour de force, depuis un demi-siècle, de ne rien changer à l’ordre des choses »

Marc Lazar : « La peuplecratie, c’est l’idée que la souveraineté du peuple est sans limites ».

Guillemette Devernois : « Maladies rares : Il faut s’emparer des avancées de la recherche scientifique »

« Appel à la guérilla mondiale »

Nicolas Pham, cofondateur de Beaubleu : « la Maison aux aiguilles rondes »









Rss
Twitter
Facebook