Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Les excédents de l'Unédic aiguisent les appétits





Le 2 Août 2023, par Aurélien Delacroix

Les excédents de l'Unédic, qui s'élèveront à plus de 18 milliards d'euros d'ici à 2025, sont au centre des discussions sur les nouvelles règles de l'assurance-chômage. L'utilisation de ces surplus, destinés à désendetter le régime, financer la formation professionnelle et alimenter le futur service public de l'emploi, France Travail, est l'objet de débats entre le gouvernement et les partenaires sociaux.


Une prévision d'excédents historiques

Grâce à l'embellie de l'emploi et à une baisse du chômage indemnisé, l'Unédic s'attend à dégager des excédents inédits de 4,4 milliards d'euros en 2023, puis de 5,4 et 8,7 milliards dans les deux années suivantes. Le gouvernement, basant ses hypothèses sur une meilleure croissance du PIB, anticipe des surplus encore plus importants. Il maintient son objectif de plein emploi d'ici la fin du quinquennat, prévoyant un taux de chômage d'environ 5% de la population active en 2027, contre 7,1% actuellement, ce qui représente la création d'un million d'emplois supplémentaires.

La question de l'utilisation de ces excédents suscite des divergences entre le gouvernement et les partenaires sociaux. Ces derniers plaident pour que ces fonds servent intégralement à rembourser la dette du régime, qui s'élève à 60,7 milliards d'euros fin 2022. Le gouvernement est d'accord sur le principe de l'utilisation d'une partie des excédents pour le désendettement, mais souhaite que la majorité soit utilisée pour le financement de sa politique de plein emploi.

Des contributions accrues à Pôle emploi et un endettement réduit

Les prévisions chiffrées suggèrent que l'exécutif a déjà réfléchi à cette répartition. Pour permettre cet « investissement » dans la formation professionnelle, principalement l'apprentissage, les recettes de l'Unédic seront ainsi réduites de 2 milliards dès 2023, puis de montants croissants dans les années suivantes. En outre, l'Unédic est appelée à augmenter sa contribution à Pôle emploi, futur France Travail, qui est le principal opérateur du réseau du même nom. 

Au total, le gouvernement souhaite que les partenaires sociaux consacrent entre 11,5 et 12,9 milliards d'euros des recettes de l'Unédic au plein emploi. Si ces mesures sont mises en œuvre, la dette de l'Unédic pourrait être réduite de moitié d'ici à 2026, pour atteindre environ 30 milliards d'euros. Ce plan a déjà fait l'objet de critiques, la CGT dénonçant un « hold-up » et envisageant des discussions avec les autres syndicats pour une décision concertée.



Tags : Unédic

Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Mémoire des familles, généalogie, héraldique | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Culture | Prospective | Immobilier, Achats et Ethique des affaires | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"



Les entretiens du JDE

Tarek El Kahodi, président de l'ONG LIFE : "L’environnement est un sujet humanitaire quand on parle d’accès à l’eau" (2/2)

Tarek El Kahodi, président de l'ONG LIFE : "Il faut savoir prendre de la hauteur pour être réellement efficace dans des situations d’urgence" (1/2)

Jean-Marie Baron : "Le fils du Gouverneur"

Les irrégularisables

Les régularisables

Aude de Kerros : "L'Art caché enfin dévoilé"

Robert Salmon : « Voyages insolites en contrées spirituelles »

Antoine Arjakovsky : "Pour sortir de la guerre"













Rss
Twitter
Facebook