Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Les frais bancaires vont augmenter en 2024





Le 10 Janvier 2024, par François Lapierre

L'étude annuelle de l'association CLCV révèle une augmentation significative des frais bancaires en 2024. Entre augmentation des frais de tenue de compte et tarification accrue des services, cette tendance n'est pas une bonne nouvelle pour les budgets des clients des banques françaises.


Des frais bancaires de plus en plus élevés

Selon l'enquête de l'association CLCV, les frais bancaires connaissent une hausse moyenne de 2,5% à 3% en 2024. Cette hausse affecte particulièrement les « petits consommateurs », ayant des services de base, et les consommateurs dits moyens, qui bénéficiant de services supplémentaires comme l'assurance perte et vol. Ces derniers verront leurs frais annuels s'élever respectivement à 66,23 euros et 147,80 euros. Les « gros consommateurs », avec des services encore plus étendus, subiront une augmentation de 2,52%, portant leurs frais à 207,65 euros. Ces hausses sont principalement dues à l'augmentation des frais de tenue de compte et du coût des cartes bancaires.

La CLCV a également relevé des modifications dans les politiques bancaires concernant les retraits aux distributeurs automatiques de billets (DAB). Il y a une augmentation des coûts pour les retraits hors réseau et une réduction du nombre de retraits gratuits autorisés dans une banque concurrente. Parallèlement, le nombre de DAB en France a chuté de 12% entre 2018 et 2022, complexifiant l'accès aux espèces pour de nombreux clients. De plus, les opérations effectuées en agence sont désormais plus onéreuses, pénalisant les personnes ne pouvant pas recourir aux services en ligne.

Des services et des tarifications en mutation

L'étude de la CLCV a comparé les grilles tarifaires de divers établissements, en révélant des différences notables. Le Crédit Coopératif et certaines caisses du Crédit Agricole se montrent compétitifs, tandis que la Société Générale et le Crédit du Nord apparaissent parmi les plus onéreux. Il est à noter que les montants moyens calculés par la CLCV ne prennent pas en compte les frais pour incident bancaire. Le comparateur Panorabanques, incluant ces frais dans ses calculs, indique cependant qu'en 2023, ils représentaient en moyenne un tiers des frais bancaires totaux.

L'augmentation des frais bancaires en 2024 est un sujet qui préoccupe évidemment tous les consommateurs français. Elle s'inscrit dans un contexte de transformation numérique des services bancaires et de réduction de l'accès aux espèces. Cette tendance pose la question de l'équité et de l'accessibilité des services financiers, en particulier pour les clients les moins aisés ou ceux privilégiant les transactions en agence.




Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Mémoire des familles, généalogie, héraldique | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Culture | Prospective | Immobilier, Achats et Ethique des affaires | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"



Les entretiens du JDE

Tarek El Kahodi, président de l'ONG LIFE : "L’environnement est un sujet humanitaire quand on parle d’accès à l’eau" (2/2)

Tarek El Kahodi, président de l'ONG LIFE : "Il faut savoir prendre de la hauteur pour être réellement efficace dans des situations d’urgence" (1/2)

Jean-Marie Baron : "Le fils du Gouverneur"

Les irrégularisables

Les régularisables

Aude de Kerros : "L'Art caché enfin dévoilé"

Robert Salmon : « Voyages insolites en contrées spirituelles »

Antoine Arjakovsky : "Pour sortir de la guerre"













Rss
Twitter
Facebook