Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Les grands patrons devront-ils payer leurs impôts en France ?





Le 7 Février 2019, par Paul Malo

300 entreprises réalisant plus d’un milliard de chiffre d’affaires seraient potentiellement concernées.


Une mesure plus symbolique que coercitive

C’est une petite phrase prononcée par Emmanuel Macron en décembre dernier, dans le contexte de l’affaire Ghosn, mais qui devrait être lourde en conséquences. Bercy réfléchit à imposer une domiciliation fiscale en France aux mandataires sociaux dont les entreprises ont leur siège social en France et réalisant plus de 1 milliard d'euros de chiffres d'affaires. Une réflexion qui risque in fine de ne revêtir qu’une dimension symbolique.

Si aucune date de mise en application n’est pour l’instant fixée pour  cette réforme qui "vise à revoir les conditions de domiciliation fiscale", ce sont environ 300 entreprises qui seraient concernées par cette mesure. Même si, en fait, la grande majorité d'entre elles possèdent déjà des dirigeants domiciliés fiscalement en France. Peut-on pour autant imposer une domiciliation en France à un dirigeant d'une grande entreprise française, si celui-ci vit dans un autre pays, lié avec la France par une convention fiscale ? Vu que les conventions fiscales sont au-dessus des lois nationales, cette réforme que en fait de n’avoir aucun effet coercitif réel.  Bercy devra donc, sans doute, se contenter de compter sur "la responsabilité sociale des dirigeants ".




Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

Frederic Buisson, délégué syndical Groupe adjoint CFE – CGC du groupe Casino : "Casino conserve un temps d’avance par rapport à la concurrence"

François Bertauld, PDG de Médiane Système : "Aujourd’hui les entreprises de services du numérique sont devenues un soutien essentiel à l’innovation industrielle."

Justine Huiwen ZHANG : "Mieux comprendre la Chine"

Bernard Attali : "Un vent de violence"

Guerre économique : « c’est un leadership mondial qui se joue »

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?

Laurence Gilardo, déléguée syndicale SNTA/FO du groupe Casino : « les salariés comme les syndicats du groupe Casino doivent resserrer les rangs »

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF










Rss
Twitter
Facebook