Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Les japonaises disent non aux talons hauts au bureau





Le 12 Juin 2019, par Anne Poirier

La campagne #KuToo, qui joue avec les mots kutsu (chaussure) et kutsuu (douleur) a été lancée par l’actrice Yumi Ishikawa et a rapidement remporté le soutien de 19.000 personnes.


imposer une tenue vestimentaire particulière, autorisé en France

Le 3 juin dernier, des femmes japonaises ont présenté au gouvernement japonais une pétition en guise de protestation. Elles protestent contre l’obligation pour les femmes de porter des chaussures à talon au travail. Les militantes soulignent qu’il est quasiment impossible d’échapper aux talons hauts lorsque l'on cherche un travail et une fois admises dans un bureau.

Lors de la conférence de presse, Yumi Ishikawa, actrice japonaise, qui a lancé le mouvement  #KuToo, a expliqué que la pétition a pour objectif de « demander une loi interdisant aux employeurs de forcer les femmes à porter des talons ». C'est un tweet viral de cette dernière se plaignant de l’obligation de porter des talons hauts pour obtenir un emploi dans un hôtel qui l'a poussée à lancer cette campagne.

En 2017, la province de Colombie-Britannique, au Canada, avait interdit aux entreprises de forcer leurs employées à porter des talons hauts, qualifiant cette pratique de dangereuse et discriminatoire. En France, selon l’article L1121-1 du Code du travail, un employeur a le droit d’obliger ses salariés à porter une tenue vestimentaire particulière ou d’interdire certains vêtements. Cette mesure doit être justifiée par rapport à la nature de la tâche à accomplir et doit être proportionnelle au but recherché. Le port de l’uniforme peut être imposé pour des raisons commerciales ou de sécurité. Seules des raisons médicales, et non une convenance personnelle, peuvent expliquer le non-respect de cette obligation.











1.Posté par rosaline le 14/06/2019 16:13 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
ici, il me semble qu'imposer le port de talons hauts fait aussi partie des manœuvres de harcèlement sexuel comme exiger des tenues vestimentaires « sexy » (dont les mini-jupes également) : voir » La prévention du harcèlement sexuel au travail » http://www.officiel-prevention.com/protections-collectives-organisation-ergonomie/psychologie-du-travail/detail_dossier_CHSCT.php?rub=38&ssrub=163&dossid=394

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"



Les entretiens du JDE

OPA du fonds Searchlight sur Latécoère : un nouveau scandale Alstom ?

Frédérique Picard :"j’ai décidé de répertorier les leviers spécifiques qui permettent aux femmes d’oser"

Jean-Louis Scaringella, les taux d’intérêt négatifs ou : « l’euthanasie des rentiers »

La Saga des Audacieux

Pouquoi les ambitions protectionnistes chinoises et américaines frappent la France et l'Europe

Frédéric Verdavaine (Nexity) : « Nous sommes au croisement de nombreux enjeux de société structurants pour l’avenir »

​« L’Etat ne peut pas se transformer en « père fouettard » et réguler avec des mesures très restrictives les acteurs innovants de l’économie collaborative »

"Les collectivités territoriales sont nos partenaires privilégiés." Carmen Munoz, Directrice Générale de Citelum












Rss
Twitter
Facebook