Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Les médicaments sans ordonnances en accès libre coûtent de plus en plus cher





Le 16 Avril 2019, par La Rédaction

Familles Rurales tire la sonnette d’alarme sur les prix des médicaments en accès libre sans ordonnance. L’association de consommateurs a relevé une hausse moyenne de 9% depuis 2010.


Depuis dix ans, il est possible de se procurer des médicaments sans ordonnance. Une mesure qui a permis de démocratiser l’accès à certains médicaments, mais qui coûte cher, et de plus en plus. La moyenne du prix du « panier » de l’Observatoire de Familles Rurales a ainsi augmenté de 9% depuis 2010. Et l’augmentation du prix de certains médicaments est plus importante que pour d’autres. Le Nurofen, pour soigner les maux de tête, coûte ainsi 25% de plus qu’il y a huit ans. Le Strepsils (maux de gorge) a augmenté de 19% ; le Maalox, pour les aigreurs d’estomac, a vu son prix progresser de 12% sur la même période.

Ces fortes hausses de prix sont le fait de l’augmentation de la TVA sur les médicaments en accès libre : elle est passée de 5,5% à 10%, son niveau depuis 2014. Mais on ne peut écarter la volonté des fabricants (et des distributeurs) de garnir leurs marges. Familles Rurales pointe également du doigt la difficulté de connaître les prix des boîtes en pharmacies : dans 75% des cas, les étiquettes sont absentes sur les emballages. De plus, la moitié de ces boîtes sont placées derrière le pharmacien. Dès lors, il est impossible de se renseigner sur le prix du médicament et ce faisant, de faire jouer la concurrence.

Par ailleurs, près de quatre pharmacies sur dix ne délivrent pas de ticket de caisse, empêchant ainsi le client de relever le prix du médicament ! L’association de consommateurs demande à la DGCCRF de mener une enquête concernant l’information dans les officines, qui selon elle manque nettement de clarté.



Tags : médicament

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?

Laurence Gilardo, déléguée syndicale SNTA/FO du groupe Casino : « les salariés comme les syndicats du groupe Casino doivent resserrer les rangs »

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF

Pierre Bergounioux : « Les gouvernements, de droite comme de gauche, ont accompli le tour de force, depuis un demi-siècle, de ne rien changer à l’ordre des choses »

Marc Lazar : « La peuplecratie, c’est l’idée que la souveraineté du peuple est sans limites ».

Guillemette Devernois : « Maladies rares : Il faut s’emparer des avancées de la recherche scientifique »

« Appel à la guérilla mondiale »

Nicolas Pham, cofondateur de Beaubleu : « la Maison aux aiguilles rondes »










Rss
Twitter
Facebook