Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Les mesures « Gilets Jaunes », une ardoise de 2,4 milliards d’euros pour le prochain locataire de l’Élysée





Le 12 Juillet 2019, par Anton Kunin

Sur les 6,4 milliards d’euros qu’auront coûté les mesures « Gilets Jaunes », le gouvernement ne prévoit de compenser que 4 milliards avant la fin du quinquennat, a révélé Albéric de Montgolfier, rapporteur général de la Commission des finances du Sénat.


Mesures « Gilets Jaunes » : seuls 62,5% des dépenses seront compensés sur le quinquennat

C’est une question qui hantait les esprits des économistes depuis des mois : combien auront coûté les différentes mesures « Gilets Jaunes » ? Et surtout, la réduction des dépenses publiques prévue par l’exécutif, sera-t-elle suffisante pour les compenser ? La réponse vient de tomber, et c’est Albéric de Montgolfier, rapporteur général de la Commission des finances du Sénat, qui la révèle dans un rapport. Le gouvernement lui a indiqué que « le montant des compensations pris en compte dans la trajectoire [budgétaire] actualisée était limité à 4 milliards d’euros », peut-on y lire. Quid des 2,4 milliards d’euros restants ? De toute évidence, ils seront reportés sur le prochain quinquennat.

Les mesures « Gilets Jaunes » n’auront pas d’effet sur la croissance

Mais surtout, dans son rapport, Albéric de Montgolfier pointe le fait que la quasi-totalité des mesures annoncées suite au mouvement des Gilets Jaunes ont été des mesures de pouvoir d’achat. En d’autres mots, elles ne sont pas susceptibles d’impulser la croissance de l’économie française. « Si l’attention portée au pouvoir d’achat est légitime, il s’agit malheureusement d’une stratégie de courte vue, dès lors que la croissance constitue la seule véritable source de pouvoir d’achat à long terme », rappelle-t-il.

Le constat sur longue période est d’ailleurs le même : la part des dépenses utiles à la croissance dans la richesse nationale a plutôt eu tendance à diminuer, alors que la dépense publique globale s’accroît. « La politique budgétaire gouvernementale semble ainsi naviguer à vue au gré des crises sociales, sans vision stratégique », fait remarquer le sénateur.




Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

Frederic Buisson, délégué syndical Groupe adjoint CFE – CGC du groupe Casino : "Casino conserve un temps d’avance par rapport à la concurrence"

François Bertauld, PDG de Médiane Système : "Aujourd’hui les entreprises de services du numérique sont devenues un soutien essentiel à l’innovation industrielle."

Justine Huiwen ZHANG : "Mieux comprendre la Chine"

Bernard Attali : "Un vent de violence"

Guerre économique : « c’est un leadership mondial qui se joue »

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?

Laurence Gilardo, déléguée syndicale SNTA/FO du groupe Casino : « les salariés comme les syndicats du groupe Casino doivent resserrer les rangs »

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF










Rss
Twitter
Facebook