Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Les petites et moyennes entreprises face aux conséquences de la guerre en Ukraine





Le 12 Mai 2022, par La rédaction

La guerre en Ukraine et ses conséquences commencent à se ressentir au sein des entreprises françaises, notamment les TPE et PME. Une situation qui amplifie des difficultés déjà latentes durant la crise sanitaire.


Une trésorerie en baisse

Si toutes les TPE et les PME françaises sont loin d'être exposées directement à la guerre en Ukraine, les conséquences de cette crise ont d'ores et déjà un impact sur leur activité. Dans le dernier baromètre BPI France et Rexocode, la moitié des petites et moyennes entreprises s'attend à être pénalisée par l'agression russe en Ukraine. La trésorerie a ainsi tendance à se resserrer, malgré des conditions de crédit toujours favorables.

Cela pourrait toutefois changer en raison de la hausse des taux que la Banque centrale européenne devrait effectuer dans le courant de l'été pour réduire la pression inflationniste. Dans ce contexte, les investissements devraient se réduire : cette année, 55% des dirigeants ont l'intention d'investir. Cet indicateur reste bien orienté, mais gare : il a perdu 4 points par rapport au précédent trimestre. 

Hausse des prix

La hausse des prix reste une préoccupation centrale chez les chefs d'entreprise interrogés. 60% d'entre eux prévoient ainsi d'augmenter les prix de leurs prestations, soit 3 points de plus qu'au précédent trimestre. Des hausses qui ne compenseront pas la contraction de leurs marges, craignent 44% des dirigeants. Ce d'autant que les salaires ont été augmentés.

Malgré ces hausses des rémunérations, le recrutement demeure une des principales difficultés pour les TPE et les PME. 56% des dirigeants rencontrent en effet des problèmes pour embaucher les talents nécessaires à leur activité. Si le tableau dépeint par le baromètre peut paraître sombre, les auteurs ne veulent pas tirer pour autant la sonnette d'alarme : les entreprises ont encore une capacité de rebond, seules 9% de celles qui ont fait appel aux prêts garantis par l'État durant la crise sanitaire pourraient ne pas pouvoir les rembourser.



Tags : ukraine

Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Culture | Prospective | Industrie immobilière | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"













Rss
Twitter
Facebook