Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Les produits Coca-Cola de retour à Intermarché





Le 18 Janvier 2020, par La rédaction

Sur ordre de la justice, Coca-Cola et ses marques vont de nouveau être disponibles dans les rayons des magasins Intermarché et Netto. Le tribunal de commerce de Paris donne 60 jours aux deux parties pour trouver une entente.


La justice force le retour de Coca-Cola dans les rayons

Intermarché voulait réduire la place dévolue aux produits de Coca-Cola (les sodas Coca-Cola donc, mais également Fanta, Sprite, Fuzetea, Honest, Tropico, Caprisun et Monster) pour proposer de nouvelles références plus saines, moins sucrées, et généralement fabriquées par des PME françaises. Coca-Cola European Partners (CCEP), l'embouteilleur de Coca-Cola en France, ne l'a pas entendu de cette oreille : en représailles, il a donc arrêté purement et simplement les livraisons de ses produits auprès des enseignes Intermarché et Netto, toutes deux détenues par le groupement Les Mousquetaires. Intermarché a saisi le tribunal de commerce de Paris le 14 janvier pour trancher le différend.

La justice a donc décidé de forcer CCEP à livrer de nouveau les magasins des deux enseignes de grande distribution, sous peine d'une astreinte de 460 000 euros par jour. Un montant qui correspond à la valeur d'un jour de ventes de produits Coca Cola chez Intermarché et Netto. Par ailleurs, les deux parties devront reprendre les négociations et trouver un terrain d'entente avant le 1er mars 2020. Durant ces 60 jours, la CCEP et Intermarché vont donc discuter de nouveau et mettre sur pied un accord « à plus long terme », selon le distributeur de Coca-Cola en France.

Une astreinte financière de 460 000 euros par jour

La CCEP, qui a toujours « privilégié le dialogue », indique que ces discussions vont se dérouler « dans un contexte plus apaisé, avec un délai raisonnable pour parvenir à un accord ». Thierry Cotillard, le président d'Intermarché, se réjouit de la condamnation de Coca-Cola sous astreinte financière. Dans un communiqué, il estime que le juge donne à l'enseigne « la liberté de mettre en œuvre nos choix en faveur du 'mieux manger' ».

Depuis le début de cette affaire, l'enseigne assure vouloir laisser la liberté aux consommateurs de « faire leur choix » : certes, ils peuvent acheter des produits Coca-Cola, mais il faut qu'ils puissent à côté opter pour des « alternatives plus saines, généralement issues de PME et fabriquées en France ». Thierry Cotillard espère que la volonté de la CCEP de renouer le dialogue et trouver un accord est « réellement sincère ».



Tags : Coca-Cola

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Prospective | Industrie immobilière | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"













Rss
Twitter
Facebook