Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Les relocalisations, une des priorités du plan de relance





Le 1 Septembre 2020, par La rédaction

Le gouvernement va consacrer une bonne partie du plan de relance aux relocalisations en France d'industries et d'entreprises parties voir ailleurs. Un effort massif y sera consacré.


Freiner la dépendance de la France

Si la crise sanitaire a servi à quelque chose, c'est qu'elle a démontré à quel point la France était devenue dépendante des industries étrangères : par exemple pour la fabrication de masques et au-delà, pour des produits d'hygiène et de santé basiques. Le gouvernement a retenu la leçon : pour briser cette dépendance étrangère, il entend aider et soutenir la relocalisation d'entreprises en France. Cela passera par un investissement massif pour l'industrie, qui va bénéficier d'une enveloppe de 40 milliards d'euros puisée dans le budget de relance, dont la présentation est prévue le 3 septembre.

Une partie de cette somme, soit 10 milliards, servira à baisser les impôts de production comme l'a promis Jean Castex durant l'université d'été du Medef. Cette baisse des impôts est programmée pour le 1er janvier prochain. Son objectif est d'améliorer la compétitivité du « site productif en France », tout particulièrement le secteur industriel, ainsi que l'a expliqué Emmanuel Macron durant son passage devant les patrons français. Ces impôts ont même été qualifiés de « néfastes » par Bruno Le Maire : ils sont en effet vécus comme des repoussoirs par les chefs d'entreprises.

Baisser les impôts de production

La taxation de l'outil de production est également un frein aux implantations, a ajouté le ministre de l'Économie. Leur baisse devrait permettre d'impulser un mouvement inverse aux délocalisations. Les pouvoirs publics vont aussi consacrer « un milliard d'euros, d’aides directes, pour permettre, sur des projets très précis, d'apporter une aide de l'État qui aide à relocaliser », a expliqué le président de la République pendant l'inauguration du laboratoire pharmaceutique Seqens, à Villeneuve-la-Garenne dans les Hauts-de-Seine.

Cette aide s'intègre dans le plan « France Relance » visant à préparer « la France de 2030 », a décrit Emmanuel Macron. La relocalisation industrielle, c'est également la mise en place d'une filière de fabrication de masques de protection. Agnès Pannier-Runacher, la ministre déléguée à l'Industrie, a récemment annoncé que la France n'était plus dépendante de la Chine pour ce produit de première nécessité vital.



Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Prospective | Industrie immobilière | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"



Les entretiens du JDE

Marie Legrand, directrice générale d'Audio 2000 : "Audio 2000 s'est construit autour des valeurs de professionnalisme, d'innovation et d'accessibilité "

Le MoHo : un collectif pour changer le monde !

Couvre-feu : « leur » monde à l’envers

L’intégration des étrangers de France : du mythe à la réalité.

La fin du franc CFA : un livre qui bouscule les idées reçues.

C’est pire qu’un crime, c’est une faute

J’ai deux amours…

Institut Sapiens : « Les concessions autoroutières préservent l’intérêt général »













Rss
Twitter
Facebook