Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Les robots et le droit : préambule contextuel





Le 5 Décembre 2023, par Nicolas Lerègle

Il y a longtemps sans que cela soit une éternité, René Descartes a théorisé la métaphysique de l’animal-machine. Selon lui, un animal ne serait qu’un assemblage de pièces mues par des rouages aussi n’aurait-il ni conscience ni pensée.


Certes Descartes ne nie pas qu’un animal soit vivant et puisse avoir des comportementaux que l’on pourrait qualifier de sentimentaux, mais cela ne lui fait pas quitter pour autant le monde des machines mises à la disposition des hommes pour l’assister dans ses tâches ou satisfaire à ses besoins.

À la même époque, Jean de la Fontaine dans ses fables tranche avec cette vision et fait des animaux des miroirs des hommes en les dotant de tous les attributs de ceux-ci ainsi que de leurs qualités et défauts. Plus généralement les empiristes menés par Gassendi ou Condillac se sont opposés à la vision cartésienne, leur philosophie fondée par l’étude et l’analyse des faits et observations leur permettant de juger que l’animal-machine était une simplification par trop éloignée de la réalité pour être admise telle quelle.

Les animaux ne sont pas des horloges (le summum de la complexité technologique au XVIIe) pas plus qu’ils ne sont des êtres humains ayant éthique et religion. On rappellera toutefois que l’Église, au Moyen-Age, a été amenée à condamner à mort des cochons ou des chats à l’issue de procès où les animaux étaient jugés comme des humains ! L’animal, à cette époque, à défaut d’avoir des droits était un sujet soumis au droit, certes des règles qui lui étaient, et pour cause, étrangères, mais néanmoins humanisantes même si la sentence était la mort.

Quelques décennies plus tard arrivèrent les automates dont la précision horlogère et les possibilités réelles – jouer d’un instrument – ou falsifiées – jouer aux échecs – commencèrent à troubler les esprits et à estomper les différences entre ce que l’homme est capable de faire et ce qu’une machine peut réaliser. En 1769 l’automate joueur d’échecs de von Kampelen fut une grande attraction persuadant nombre de ses contemporains qu’une machine pouvait effectivement jouer aux échecs et donc être dotée d’une intelligence « artificielle ».

Cet automate était un canular d’un être humain se glissant dans la machine anticipant de 250 ans les ambitions d’Elon Musk de fondre homme et machine ! Il faudra encore patienter 100 ans pour que le genre littéraire de l’anticipation, porté par H.G Wells ou J.Verne, commence à habituer nos esprits à une vision de ce que pourrait être le futur. Et au début du XXe siècle c’est un auteur tchèque Karel Capek qui va inventer et théâtraliser le mot « robot » tel que nous le connaissons et l’employons aujourd’hui.

De l’animal-machine de Descartes au Robot de Capek les différences sont faibles, l’animal cartésien était une assistance laborieuse et Capek a créé le mot Robot à partir du mot tchèque « robota » que l’on peut assimiler au servage.

Le robot serait donc un assistant, à l’animal-machine s’est substitué la machine-outil du capitalisme industriel et aujourd’hui le robot plus ou moins humanoïde qui, doté d’une IA et d’une informatique quantique semble plus proche de Terminator que de Wall-E.
Il y a encore 40 ans, les animaux n’avaient pas de droit ni de droits. Le 10 juillet 1976, une loi relative à la protection de la nature est votée et postule dans son article 9 que « tout animal étant un être sensible doit être placé par son propriétaire dans des conditions compatibles avec les impératifs biologiques de l’espèce ». Ce texte a été renforcé par une loi du 30 novembre 2021 visant à sanctionner la maltraitance animale.

Aujourd’hui l’animal est un sujet de droit et a des droits.
Une telle évolution serait-elle possible pour les robots ?

À suivre…

 


France | International | Mémoire des familles, généalogie, héraldique | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Culture | Prospective | Immobilier, Achats et Ethique des affaires | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"



Les entretiens du JDE

Tarek El Kahodi, président de l'ONG LIFE : "L’environnement est un sujet humanitaire quand on parle d’accès à l’eau" (2/2)

Tarek El Kahodi, président de l'ONG LIFE : "Il faut savoir prendre de la hauteur pour être réellement efficace dans des situations d’urgence" (1/2)

Jean-Marie Baron : "Le fils du Gouverneur"

Les irrégularisables

Les régularisables

Aude de Kerros : "L'Art caché enfin dévoilé"

Robert Salmon : « Voyages insolites en contrées spirituelles »

Antoine Arjakovsky : "Pour sortir de la guerre"













Rss
Twitter
Facebook