Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Les ruptures conventionnelles en hausse au premier trimestre





Le 16 Août 2018, par

Les ruptures conventionnelles ont été très utilisées au premier trimestre. Selon les chiffres de la Dares, le service statistiques du ministère du Travail, le nombre de ces ruptures « à l'amiable » dépasse celui enregistré au premier semestre 2017.


On dénombre, sur les trois premiers mois de l'année, 215 775 ruptures conventionnelles, soit 7 987 de plus que durant le premier semestre 2017. Il s'agit d'une hausse de 3,7% par rapport au premier trimestre de l'an dernier. Les ruptures conventionnelles représentent 10% des ruptures anticipées de contrat, contre 40% pour les démissions, suivis par la fin des périodes d'essai et les licenciements pour motif personnel (20% chacun environ). Ces ruptures « à l'amiable » donc encore loin de représenter le « premier motif de rupture du contrat de travail » en France, comme l'indiquait Emmanuel Macron en octobre dernier.

La rupture conventionnelle a été mise en place en 2008 par le gouvernement Fillon. Ce dispositif permet de rompre un contrat de travail à durée indéterminée d'un commun accord entre l'employé et l'employeur. Il est même possible d'obtenir des allocations chômage, pour peu que le salarié ait suffisamment cotisé. Pour l'entreprise, le principal avantage est un gain de temps ; et puis en s'entendant à l'amiable avec l'employé, elle s'évite une poursuite devant les prud'hommes en cas de problème.

Ce système de rupture conventionnelle a été élargi à l'occasion de la révision du code du travail, en septembre dernier. Le gouvernement d'Edouard Philippe a institué une « rupture conventionnelle collective », qui permet à l'entreprise de mettre fin au contrat de plusieurs employés. Cela ne concerne que certains cas précis mais plusieurs sociétés en ont déjà tiré profit, comme la Société Générale.


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

Frederic Buisson, délégué syndical Groupe adjoint CFE – CGC du groupe Casino : "Casino conserve un temps d’avance par rapport à la concurrence"

François Bertauld, PDG de Médiane Système : "Aujourd’hui les entreprises de services du numérique sont devenues un soutien essentiel à l’innovation industrielle."

Justine Huiwen ZHANG : "Mieux comprendre la Chine"

Bernard Attali : "Un vent de violence"

Guerre économique : « c’est un leadership mondial qui se joue »

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?

Laurence Gilardo, déléguée syndicale SNTA/FO du groupe Casino : « les salariés comme les syndicats du groupe Casino doivent resserrer les rangs »

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF










Rss
Twitter
Facebook