Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Les salariés des centres E.Leclerc recevront 25% des bénéfices avant impôts





Le 21 Septembre 2020, par Olivier Sancerre

L'enseigne E.Leclerc est parvenue à traverser sans trop d'encombres l'épreuve du confinement, et la crise économique post-coronavirus semble peu l'atteindre. Les salariés des magasins vont en profiter.


Une prime pour saluer la fidélité des salariés de E.Leclerc

Au micro de Franceinfo, Michel-Édouard Leclerc a annoncé une bonne nouvelle pour les salariés des magasins du groupe de grande distribution : les centres qui dégagent des profits vont leur verser 25% des bénéfices avant impôts. Une manière de récompenser la fidélité de ces employés qui sont restés en première ligne pendant le confinement. Cet argent sera reversé « sous forme de prime, gratification, intéressement », a expliqué le patron de l'enseigne. Certes, c'est « fiscalement plus coûteux pour l'entreprise », mais ce geste permet d'associer l'ensemble du personnel à la bonne santé des magasins.

Les salariés ont déjà pu profiter d'une « prime Macron » versée par la plupart des centres E.Leclerc. Le gouvernement a poussé les entreprises à verser cette prime défiscalisée en plein cœur de la période de confinement pour saluer la mobilisation de leurs salariés. Michel-Édouard Leclerc veut aller plus loin : « Les 1.000 euros, c'est éphémère », pointe-t-il. Il relève toutefois la fidélité des employés, y compris en Alsace où il y a eu beaucoup d'absents en raison d'un « cluster très fort ».

La bonne santé d'E.Leclerc

Depuis le déconfinement, les centres E.Leclerc ont gagné 350.000 consommateurs supplémentaires. Des clients qui ont « constaté les écarts de prix » avec la concurrence. Le patron du groupement se félicite également du succès du drive, « pour des raisons sanitaires et de praticité ». Les drives d'E.Leclerc ont engrangé une hausse d'activité de 50%. « 17% des 1,1 million de consommateurs supplémentaires sont retournés dans leurs magasins traditionnels tandis que les autres se sont répartis entre nos hypermarchés, nos drives, nos formules de vente à domicile », précise-t-il.

En termes d'embauche, cette année le groupe va y aller « mollo » en raison de l'effet COVID-19. « Je ne dis pas qu'il n'y aura pas de casse, un peu d'ajustements. Mais on embauche. Depuis 10 ans, on recrute 3.000 personnes par an », souligne-t-il. En 2020, malgré la bonne santé relative de l'enseigne, ce sera donc moins. Et puis « sur 1.200 points de vente, une dizaine de centres rament un peu », convient-il avant d'assurer qu'il n'y aura pas de plans sociaux.



Tags : E. Leclerc

Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Prospective | Industrie immobilière | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"



Les entretiens du JDE

Couvre-feu : « leur » monde à l’envers

L’intégration des étrangers de France : du mythe à la réalité.

La fin du franc CFA : un livre qui bouscule les idées reçues.

C’est pire qu’un crime, c’est une faute

J’ai deux amours…

Institut Sapiens : « Les concessions autoroutières préservent l’intérêt général »

​Jean-Luc Favène, Directeur Général de Lissac : "Notre modèle de franchise à tout pour séduire indépendants et primo-franchisés"

Quand Wall Street revêt les ailes d’Icare













Rss
Twitter
Facebook