Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Les sociétés d'autoroute pourraient être visées par une nouvelle taxe





Le 21 Juin 2023, par François Lapierre

L'option d'une nouvelle taxation des sociétés d'autoroute est en cours d'examen par le gouvernement. Cette mesure pourrait potentiellement rapporter de 2 à 3 milliards d'euros de recettes d'ici 2030, mais sa mise en œuvre dépend de plusieurs facteurs, dont l'impact sur d'autres concessionnaires.


Taxation à l'étude pour les sociétés d'autoroute

Selon Bruno Le Maire, le gouvernement examine actuellement la possibilité de taxer davantage les sociétés d'autoroute. Cette décision intervient à la suite de l'approbation du Conseil d'État pour une telle mesure. Le ministre a toutefois souligné que cette nouvelle taxation ne pourrait être mise en œuvre que si toutes les autres sociétés concessionnaires, y compris les barrages hydroélectriques et l'aéroport de Paris, étaient également soumis à cette taxe.

Le ministre de l'Économie a affirmé sur France 2 qu'il était important de comprendre à quoi servirait cette taxe, ce qu'elle pourrait financer, et surtout quel serait l'impact pour les autres concessions. Le gouvernement a été encouragé à envisager cette nouvelle taxation après que les sociétés d'autoroute aient réalisé des gains nets plus importants depuis 2018, suite à la baisse du taux d'impôt sur les sociétés de 33% à 25%.

Les implications financières de la nouvelle taxe

Si cette nouvelle taxe était mise en place, elle pourrait permettre au gouvernement de récupérer de 2 à 3 milliards d'euros de recettes d'ici 2030. Bruno Le Maire a précisé que si une décision était prise à ce sujet, elle figurerait dans le projet de loi de finances pour 2024, qui sera présenté en septembre. En parallèle de cette éventuelle taxation, le gouvernement a annoncé avoir identifié « au moins 10 milliards d'euros d'économies », qui contribueront au redressement des comptes dégradés de la France d'ici 2027. Le locataire de Bercy a cependant souligné qu'il faudrait encore réaliser des économies supplémentaires pour désendetter le pays.

Malgré un environnement économique incertain, Bruno Le Maire a maintenu la prévision de croissance de 1% pour 2023. Il a également abordé la question de la réforme des retraites, dont l'efficacité a été remise en question par un rapport du Conseil d'orientation des retraites (COR). Selon ce rapport, la réforme des retraites ne permettra pas de rétablir l'équilibre financier en 2030 comme promis. Toutefois, il a affirmé que cette réforme était indispensable, tout en soulignant que les prévisions financières peuvent évoluer.




Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | Mémoire des familles, généalogie, héraldique | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Culture | Prospective | Immobilier, Achats et Ethique des affaires | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"



Les entretiens du JDE

Les Arpents du Soleil: un vignoble normand dans la cour des grands

Tarek El Kahodi, président de l'ONG LIFE : "Il faut savoir prendre de la hauteur pour être réellement efficace dans des situations d’urgence"

Jean-Marie Baron : "Le fils du Gouverneur"

Les irrégularisables

Les régularisables

Aude de Kerros : "L'Art caché enfin dévoilé"

Robert Salmon : « Voyages insolites en contrées spirituelles »

Antoine Arjakovsky : "Pour sortir de la guerre"











Rss
Twitter
Facebook