Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Les syndicats attirent de moins en moins les salariés





Le 9 Octobre 2018, par

Les salariés français boudent toujours plus les syndicats, selon des chiffres donnés par le ministère du Travail. Sans surprise, on se syndicalise plus dans le secteur public que dans le privé.


En 2016, 11% des salariés étaient syndiqués, dans le public comme dans le privé. Le taux de syndicalisation a déjà été plus bas (il était de 9,4% seulement en 1993), mais il a aussi été bien plus élevé : 30,1% en 1949, 20% en 1968… À 11%, le taux est un petit peu plus élevé que l'étiage enregistré entre 1996 et 2005 : la syndicalisation des salariés était alors de 10,7%. En 2013, date du dernier rapport sur le sujet, le taux était de 11,2%. Sur le long terme, il est évident que les salariés français se détournent des organisations syndicales. 

Dans son rapport, le ministère du Travail explique que la syndicalisation est liée à la stabilité du travail : plus l'emploi est précaire, moins on se syndicalise. 1% des intérimaires appartiennent à un syndicat, 2% seulement pour les salariés en contrat à durée déterminée. Il convient aussi de faire la part des choses entre les secteurs activités : dans les transports, le taux de syndicalisation atteint 18% ; dans l'hôtellerie et la restauration, il tombe à 4,1%.

De plus, la différence est sensible entre la fonction publique, où l'on compte 19,1% de syndicalisés (-0,7 point par rapport à 2013), contre 8,4% dans le privé (-0,3 point). Les hommes sont plus syndicalisés que les femmes (12%, contre 10%). L'âge entre aussi en compte, puisque 14,9% des 50 ans et plus font partie d'un syndicat ; les moins de 30 ans ne sont que 3,7%. Enfin, les catégories socioprofessionnelles présentent également des différences : 9,7% des ouvriers sont syndiqués, contre 12,3% des professions intermédiaires.


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur

Tags : syndicat

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?

Laurence Gilardo, déléguée syndicale SNTA/FO du groupe Casino : « les salariés comme les syndicats du groupe Casino doivent resserrer les rangs »

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF

Pierre Bergounioux : « Les gouvernements, de droite comme de gauche, ont accompli le tour de force, depuis un demi-siècle, de ne rien changer à l’ordre des choses »

Marc Lazar : « La peuplecratie, c’est l’idée que la souveraineté du peuple est sans limites ».

Guillemette Devernois : « Maladies rares : Il faut s’emparer des avancées de la recherche scientifique »

« Appel à la guérilla mondiale »

Nicolas Pham, cofondateur de Beaubleu : « la Maison aux aiguilles rondes »










Rss
Twitter
Facebook