Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Les syndicats valident l'accord de Renault pour une réorganisation française du groupe





Le 16 Décembre 2021, par Olivier Sancerre

La direction de Renault a désormais les coudées franches pour lancer la réorganisation du groupe en France. La majorité des syndicats a en effet signé le plan « Re-Nouveau France 2025 » qui vise à produire 700.000 véhicules dans l'Hexagone.


Sécuriser la production en France

Présenté en septembre dernier par Luca de Meo, le directeur général, le plan « Re-Nouveau France 2025 » consiste en une réorganisation profonde de l'outil industriel du constructeur automobile dans l'Hexagone. Le principal objectif est de produire 700.000 véhicules en France, des modèles électriques qui nécessitent une adaptation des sites et des personnels. La CFE-CGC, la CFDT et FO ont validé le projet, la CGT y travaille encore. C'est suffisant pour aller de l'avant.

Le pôle Renault ElectriCity va accueillir pas moins de 5 modèles : Renault 4 et Renault 5 électriques, Mégane E-Tech, Kangoo E-Tech et un projet de SUV électrique. Le site de Sandouville va produire le Trafic électrique, le nouveau Master revient à Batilly qui va aussi s'occuper d'un véhicule partenaire. Dieppe produira le futur SUV électrique d'Alpine. Enfin, la direction du constructeur planche sur un projet de nouveau véhicule en cours de définition.

Cap sur l'électrique

Les châssis seront produits au Mans, les moteurs électriques de 100 kW à Cleon. Si les modèles à gros volumes restent produits en Turquie (Clio), en Espagne (Captur) et en Chine (Spring), la France va donc produire 700.000 véhicules d'ici la fin 2024. Renault produit actuellement 18% de ses voitures dans l'Hexagone, contre 35% pour Peugeot, il y a donc une marge entre les deux entreprises…

Renault va procéder à 1.700 suppressions de postes (des départs volontaires), mais en contrepartie le groupe va embaucher 2.500 personnes, dont 2.000 à la production. Le constructeur s'engage aussi à ne fermer aucun site industriel, logistique, pièces et accessoires, et conserve les sites d'ingénierie de Lardy et d'Aubevoye. Les syndicats autorisent également une plus grande flexibilité (pas de rémunération pour les pauses des nouveaux salariés, travail obligatoire plusieurs samedis par an…).



Tags : renault

Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Culture | Prospective | Industrie immobilière | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"













Rss
Twitter
Facebook