Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Les titres-restaurants utilisables pour les achats alimentaires jusqu'à fin 2024





Le 24 Novembre 2023, par Aurélien Delacroix

L'Assemblée nationale a approuvé jeudi la prolongation de l'utilisation des titres-restaurants pour l'achat de produits alimentaires jusqu'à fin 2024. La mesure a été votée dans un contexte d'inflation élevée.


Une prolongation bienvenue des titres-restaurants

L'adoption par l'Assemblée nationale de la prolongation de l'utilisation des titres-restaurants pour l'achat de tous les produits alimentaires, y compris ceux non directement consommables, représente une réponse à l'inflation persistante. La dérogation, initialement prévue pour expirer le 31 décembre 2023, a été étendue jusqu'à fin 2024, bénéficiant ainsi à environ 5,4 millions de salariés en France. Cette mesure, qui a reçu un large soutien avec 117 voix pour et une contre, attend maintenant la confirmation du Sénat.

Olivia Grégoire, ministre du Commerce, a soutenu la prolongation, tout en soulignant l'importance de cette mesure dans le contexte actuel d'inflation alimentaire. Cette extension permet l'achat de divers produits nécessitant une préparation, tels que la farine, les pâtes, le riz et la viande, ce qui offrira un soutien significatif au pouvoir d'achat des salariés.

Les craintes des restaurateurs

La ministre a promis une discussion au premier semestre 2024 pour une réforme plus large du titre-restaurant. Cette annonce intervient alors que les restaurateurs expriment leur inquiétude face à un possible basculement accru de l'utilisation des titres-restaurants vers la grande distribution. La commission nationale des titres-restaurant, qui supervise ce moyen de paiement, a mis en garde contre les risques de pérenniser l'utilisation des titres pour les courses alimentaires, craignant la perte de ce dispositif.

Malgré le consensus général sur la nécessité de la mesure, certains députés ont exprimé des critiques. Benjamin Lucas (groupe écologiste) a critiqué le gouvernement pour son « amateurisme » et sa tendance à être « pris de court ». Sophia Chikirou (LFI) a souligné que les tickets-restaurants n'étaient pas un cadeau, étant en partie financés par les salariés, et a critiqué les commissions perçues par les entreprises gestionnaires. Thibault Bazin (LR) a accusé le gouvernement de tenter de réécrire l'histoire, reprochant l'absence de cette proposition dans le projet de budget 2024. 




Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Mémoire des familles, généalogie, héraldique | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Culture | Prospective | Immobilier, Achats et Ethique des affaires | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"



Les entretiens du JDE

Tarek El Kahodi, président de l'ONG LIFE : "L’environnement est un sujet humanitaire quand on parle d’accès à l’eau" (2/2)

Tarek El Kahodi, président de l'ONG LIFE : "Il faut savoir prendre de la hauteur pour être réellement efficace dans des situations d’urgence" (1/2)

Jean-Marie Baron : "Le fils du Gouverneur"

Les irrégularisables

Les régularisables

Aude de Kerros : "L'Art caché enfin dévoilé"

Robert Salmon : « Voyages insolites en contrées spirituelles »

Antoine Arjakovsky : "Pour sortir de la guerre"













Rss
Twitter
Facebook