Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Les ventes d’alcool pour financer le football, le rugby et les JO ?





Le 10 Août 2019, par Paul Malo

Va-t-on assouplir la loi Evin et réintroduire la vente d’alcool dans les stades ? Les recettes n’en seraient pas négligeables…


Une exception française

Le calcul est simple : en Bundesliga, le championnat allemand, la vente de bière et le sponsoring des marques d’alcool rapportent 40 millions d’euros chaque année aux clubs. Des sept grands championnats de football européens, seule la France interdit la vente d’alcool. À l’approche de la coupe du monde de rugby, en France en 2023, puis des Jeux olympiques en 2024, la question se pose : faut-il réintroduire la vente d’alcool dans les stades ?

Au total, pas moins de 70 députés LREM souhaitent assouplir la loi Evin de 1991, arguant notamment du fait que les invités VIP, eux, peuvent consommer de l’alcool dans les loges en toute quiétude. Une sorte d’injustice sociale, de discrimination entre riches et pauvres ? Ou quand la lutte des classes s’invite à l’intérieur des stades. Pour autant, le nom de la proposition de loi,"Pour faire de la France une nation sportive", a de quoi surprendre… En attendant, la loi Evin punit toujours potentiellement celles et ceux introduisant de l’alcool dans un stade de 7.500 euros d’amende et d’un an de prison.

 




Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Prospective | Industrie immobilière | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"



Les entretiens du JDE

Le MoHo : un collectif pour changer le monde !

Couvre-feu : « leur » monde à l’envers

L’intégration des étrangers de France : du mythe à la réalité.

La fin du franc CFA : un livre qui bouscule les idées reçues.

C’est pire qu’un crime, c’est une faute

J’ai deux amours…

Institut Sapiens : « Les concessions autoroutières préservent l’intérêt général »

​Jean-Luc Favène, Directeur Général de Lissac : "Notre modèle de franchise à tout pour séduire indépendants et primo-franchisés"













Rss
Twitter
Facebook