Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Les voitures électriques reviennent moins cher que les véhicules essence ou diesel





Le 10 Octobre 2018, par

À l'achat, une voiture électrique coûte plus cher qu'un modèle hybride ou à essence. Mais une étude d'UFC-Que Choisir montre que contrairement à ce que l'on peut penser, posséder un véhicule hybride ou électrique ne revient pas plus cher.


Cette étude, publiée par Le Parisien, prend en compte non seulement le coût du véhicule à l'achat, mais aussi le financement, les frais d'assurance, l'entretien, la dépréciation à l'usage, et le coût de l'énergie. Tout cela représente le coût total de propriété (CTP). D'après l'association de consommateurs, surprise : « malgré un prix d’achat encore élevé, les véhicules électriques ou hybrides rechargeables s’avèrent désormais plus économiques que ceux utilisant un carburant fossile, à savoir de l’essence ou du diesel » !

Dans le détail, pour un véhicule parcourant 15 000 km par an sur quatre ans, le CTP pour une berline électrique est de 3% inférieur à son équivalent motorisé diesel, et de 5% par rapport à une essence. Ce qui fait la différence, c'est notamment le coût de l'énergie : il est de 188 euros par an pour un véhicule électrique, contre 1 181 euros par an pour le diesel ou 1 461 euros par an pour l'essence… Et le coût de l'essence et du diesel ne va pas aller en baissant au vu de la hausse des prix du pétrole et des taxes. Une charge complète pour une voiture électrique ne coûte que 2 euros aux 100 km.

Autre enseignement de l'étude, le coût de détention d'une voiture électrique est de 5% plus bas qu'un véhicule diesel en zone rurale. Les voitures électriques ou hybrides sont souvent présentés comme des véhicules urbains, mais elles ont un intérêt aussi très concret à la campagne, puisqu'on réalise une économie de 353 euros chaque année. L'UFC-Que Choisir relève néanmoins que l'intérêt de la motorisation électrique tient aussi par la prime écologique de 6 000 euros à l'achat : la rentabilité ne serait plus assurée sans ce bonus.


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur

Tags : automobile


1.Posté par Benhur le 18/10/2018 10:15 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
"le coût de l'énergie : il est de 188 euros par an pour un véhicule électrique" : de qui vous moquez vous , rien qu'avec la différence d'abonnement EDF en kva le compte n'y est pas . aujourd'hui un abonnement mensuel TTC en 12kVa c'est 16.53€/mois , a cette puissance en hiver , compter pas recharger votre voiture si vous êtes tous électrique . le forfait 36kVa est à 38.98€ par mois or conso , donc (38.98-16.53)*12=270€ de plus que d'habitude . Ensuite pour recharger ca voiture chez soit , faut un équipement : combien ça coûte , 250€ avec une pose simple . ensuite on nous dit que le plein coûte 2 € , perso le kwh en moyenne c'est 15cts , heure pleine / creuse , ont charge quant ont peux .admettons 1€ par jour , forcement la demande en électricité va augmenté , donc sont prix , ont est pas des jambons . au mini c'est 635€ par an . 188€ c'est franchement minorer le coût , mais bon faut bien convaincre les moutons que nous somme , que c'est bon pour nous . lol

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising








Les entretiens du JDE

Les entretiens du JDE

La crise des gilets jaunes analysée par Eric Delbecque

Les gilets jaunes sont-ils populistes ? par Francois-Bernard Huyghe

Christian Aghroum : Gilets jaunes et mobilisation numérique

Philippe Schleiter: "faire réussir des choses extraordinaires par des gens ordinaires"

Gilles Imbert, groupe Interconstruction : « Les promoteurs indépendants sont obligés, plus que les autres, de tenir leurs engagements »

Loïk Le Floch-Prigent : « En finir avec le dérèglement industriel »

Florent Skrabacz, CEO de Shadline : « L’invisibilité des données est la clé de la résilience numérique »

Général Soubelet : « Traitons les vrais problèmes, ne poussons pas les Français à la révolte »









Rss
Twitter
Facebook