Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Loi sur la souveraineté énergétique : le retrait des objectifs climatique fait débat





Le 22 Janvier 2024, par Aurélien Delacroix

Le projet de loi sur la souveraineté énergétique, initialement prévu pour définir la trajectoire de sortie des énergies fossiles, a récemment subi des modifications majeures. Le retrait du titre Ier, axé sur les objectifs énergétiques et climatiques, a provoqué des réactions d'incompréhension et aussi de soutien.


Bruno Le Maire « assume »

Le projet de loi « Souveraineté énergétique », initialement destiné à établir une feuille de route claire pour la transition vers des sources d'énergie moins polluantes, a été considérablement modifié. Le retrait de son titre premier, qui comprenait des objectifs précis pour l'adoption d'énergies renouvelables et nucléaires d'ici 2030 et 2035, ainsi que des cibles de réduction des gaz à effet de serre, a marqué un tournant inattendu dans la politique énergétique du pays.

Bruno Le Maire, ministre de l'Économie mais aussi de l'Énergie, a fermement défendu cette décision, insistant sur la nécessité de prendre le temps pour un dialogue approfondi. Le ministre a souligné l'importance de consulter les élus locaux et d'engager une réflexion collective sur les orientations à prendre. Cette démarche vise à assurer une transition énergétique et climatique plus réfléchie et moins précipitée, selon ses dires.

Cette modification a entraîné une vague de réactions. Des associations environnementales et certains membres du Sénat ont exprimé leur inquiétude et leur incompréhension face à ce retrait. Le locataire de Bercy a confirmé cette décision, accentuant le débat sur l'avenir énergétique du pays.

Réactions et inquiétudes pour la loi sur la souveraineté énergétique

Lors d'une allocution devant le conseil national de la transition écologique (CNTE), Bruno Le Maire a réaffirmé son engagement pour le climat. Il a insisté sur l'importance d'une planification énergétique et climatique soigneuse, tout en critiquant la précipitation dans la prise de décisions. Le ministre a également mis en avant sa conviction que les énergies nucléaires et renouvelables sont complémentaires, appelant à une diversification des sources d'énergie décarbonées.

Ce retrait intervient dans un contexte de restructuration gouvernementale, marqué notamment par la suppression du ministère de la Transition énergétique, précédemment dirigé par Agnès Pannier-Runacher. Cette situation a sonné l'alarme chez les écologistes et les acteurs de l'industrie des renouvelables. Cependant, Bruno Le Maire appelle à dépasser les débats sur le périmètre de Bercy, soulignant le rôle crucial du ministère dans le financement de la transition climatique.

Le projet de loi « Souveraineté énergétique » reste un sujet brûlant, avec des implications profondes pour l'avenir énergétique et climatique de la France. Si l'approche du gouvernement s'oriente vers un dialogue plus inclusif et une planification approfondie, l'urgence climatique exige une action rapide et décisive. L'équilibre entre ces impératifs reste un enjeu central pour les décideurs politiques et la société française dans son ensemble.




Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Mémoire des familles, généalogie, héraldique | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Culture | Prospective | Immobilier, Achats et Ethique des affaires | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"



Les entretiens du JDE

Tarek El Kahodi, président de l'ONG LIFE : "L’environnement est un sujet humanitaire quand on parle d’accès à l’eau" (2/2)

Tarek El Kahodi, président de l'ONG LIFE : "Il faut savoir prendre de la hauteur pour être réellement efficace dans des situations d’urgence" (1/2)

Jean-Marie Baron : "Le fils du Gouverneur"

Les irrégularisables

Les régularisables

Aude de Kerros : "L'Art caché enfin dévoilé"

Robert Salmon : « Voyages insolites en contrées spirituelles »

Antoine Arjakovsky : "Pour sortir de la guerre"













Rss
Twitter
Facebook