Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Lourdes pertes au premier semestre pour la SNCF





Le 31 Juillet 2020, par François Lapierre

C’est l’heure des comptes pour la SNCF, qui a annoncé que ses résultats du premier semestre avaient été fortement impactés par le coronavirus.


La crise sanitaire occasionne 3,9 milliards d’euros de pertes

Si la SNCF avait prévenu que la crise sanitaire allait peser très fortement sur ses finances, l’entreprise publique a officiellement mis des chiffres sur cet impact. Au premier semestre, le chiffre d’affaires a chuté de 21% et atteint 14,1 milliards d’euros. Le coronavirus en lui-même a représenté un manque à gagner de 3,9 milliards, le mouvement social contre la réforme des retraites en fin d’année dernière 275 millions. Entre janvier et fin juin, les pertes de la SNCF s’élèvent à 2,4 milliards d’euros.

C’est bien sûr la réduction de la circulation des trains qui est à l’origine des difficultés du semestre. Durant le mois d’avril, alors que la France était en plein confinement, les capacités du TGV ont été ramenées à 7% en avril, celles du Transilien à 34%, celles du TER à 16%. Malgré les restrictions de déplacement et la fermeture des frontières, la SNCF a maintenu un service minimal. Pour ce qui concerne la clientèle européenne, l’Eurostar et le Thalys ont réduit leur capacité à 8% de l’offre nominale.

Le fret tire son épingle du jeu

Les trains de la SNCF ont recommencé à rouler dès le mois de mai : le Transilien a atteint une capacité de 98%, de 87% pour le TER et de 70% pour les TGV. Quant au fret, l’activité a été maintenue à 70% de son activité normale en avril, grâce au transport de produits alimentaires, de carburants et de chlore. Fin juin, le fret retrouvait le niveau d’activité d’avant la crise.

La SNCF a mis en place un plan d’économies et de réduction des coûts à hauteur de 1,8 milliard d’euros pour 2020. La direction assure qu’il n’y aura pas de conséquence sur les emplois de production, « ni sur les investissements indispensables au réseau ou à l’exploitation ferroviaire ». En revanche, les frais de structure et de fonctionnement vont être réduits, tandis que certains projets d’investissements seront abandonnés.



Tags : SNCF

Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Prospective | Industrie immobilière | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"



Les entretiens du JDE

Le MoHo : un collectif pour changer le monde !

Couvre-feu : « leur » monde à l’envers

L’intégration des étrangers de France : du mythe à la réalité.

La fin du franc CFA : un livre qui bouscule les idées reçues.

C’est pire qu’un crime, c’est une faute

J’ai deux amours…

Institut Sapiens : « Les concessions autoroutières préservent l’intérêt général »

​Jean-Luc Favène, Directeur Général de Lissac : "Notre modèle de franchise à tout pour séduire indépendants et primo-franchisés"













Rss
Twitter
Facebook