Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Maladies professionnelles : les entreprises rechignent à remplacer les salariés





Le 30 Novembre 2017, par

Dans une grande majorité, les entreprises ne remplacent pas les salariés absents pour maladie. Les employeurs auraient peut du surcoût financier que les remplacements peuvent représenter, entre autres raisons.


L'étude a été réalisée par les cabinets Atequacy et Singer avocats, le premier étant spécialisé dans la gestion des risques professionnels, le second dans le droit du travail. Six entreprises sur dix ne remplacent pas un employé absent pour cause d'accident du travail ou maladie professionnelle, d'après l'enquête. Un chiffre qui concerne 2017, et qui est bien plus élevé que l'an dernier où les employeurs étaient 44% à ne pas procéder à un remplacement temporaire.

Mais quand l'entreprise procède à un remplacement, celui-ci est définitif dans 17% des cas (c'était 5% seulement en 2016). Les reclassements, suite à un accident du travail, ont baissé d'une année sur l'autre : ils étaient de 30% en 2016, ils ne sont plus que de 20% en 2017. Autre enseignement important : deux tiers des employeurs interrogés ont recensé des arrêts maladie liés aux risques psychosociaux, c'est à dire le stress ou le « burn out ». 9% de ces risques ont été qualifiés en accidents du travail cette année, c'est 1 point de moins qu'en 2016. 13% d'entre eux ont été reconnus comme maladies professionnelles, soit plus du double par rapport à l'an dernier (6%).

Selon les auteurs de l'étude, la hausse sensible du non remplacement des salariés absents pour cause de maladie a plusieurs raisons. La première d'entre elles est le surcoût financier engendré par le remplacement à proprement parler. Il y a aussi et surtout l'incertitude en terme de durée de l'absence, et aussi les contraintes juridiques de la reconduction du contrat à durée déterminée.


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

​« L’Etat ne peut pas se transformer en « père fouettard » et réguler avec des mesures très restrictives les acteurs innovants de l’économie collaborative »

"Les collectivités territoriales sont nos partenaires privilégiés." Carmen Munoz, Directrice Générale de Citelum

Frederic Buisson, délégué syndical Groupe adjoint CFE – CGC du groupe Casino : "Casino conserve un temps d’avance par rapport à la concurrence"

François Bertauld, PDG de Médiane Système : "Aujourd’hui les entreprises de services du numérique sont devenues un soutien essentiel à l’innovation industrielle."

Justine Huiwen ZHANG : "Mieux comprendre la Chine"

Bernard Attali : "Un vent de violence"

Guerre économique : « c’est un leadership mondial qui se joue »

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?










Rss
Twitter
Facebook