Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Malgré le rebond du troisième trimestre, la reprise sera lente





Le 9 Septembre 2020, par Olivier Sancerre

Si le troisième trimestre a été euphorique, la croissance au dernier trimestre devrait retrouver un niveau normal. Pas de quoi sortir la machine économique française du gouffre dans lequel l'a plongée la crise sanitaire.


Troisième trimestre d'exception

D'après la note de conjoncture de l'Insee, l'activité économique en France a connu un véritable boom avec une croissance de 17% ! Un indicateur qui confirme la vigueur du rebond associé aux premiers mois de déconfinement, détaille l'institut. À partir du 11 mai, les Français et les entreprises ont pu consommer et investir de nouveau, et visiblement ils ne s'en sont pas privés. Mais ce bond spectaculaire de la croissance au troisième trimestre ne signale pas la sortie du tunnel pour l'économie tricolore, loin de là. La croissance devrait ainsi se limiter à une hausse de 1% au dernier trimestre, tandis que l'activité économique restera toujours en-deçà de son niveau d'avant crise d'ici la fin de l'année, soit -4%.

Résultat : la crise sanitaire ôterait une dizaine de points au total du PIB. L'Insee prévoit ainsi une contraction du produit intérieur brut de 9% : c'est moins que l'hypothèse avancée depuis plusieurs mois par le gouvernement qui est de -11%. Mais l'incertitude sanitaire est telle que la reprise économique va ralentir d'ici la fin de l'année, assure l'institut des statistiques. La progression modeste de la croissance au dernier trimestre reflète « la divergence entre des secteurs presque revenus à la normale et d'autres restant déprimés ».

Conséquences visibles de l'épidémie

Certains secteurs d'activité sont toujours pénalisés par les conséquences de l'épidémie : l'événementiel et le transport aérien sont toujours en grande difficulté, malgré le soutien apporté par les pouvoirs publics à l'ensemble de l'économie et le plan de relance de 100 milliards d'euros qui vont « doper » l'activité. L'Insee relève que les entreprises sont nombreuses à craindre des pertes de débouchés : dans l'industrie, les carnets de commandes, en particulier en provenance de l'étranger, ne se regarnissent que « lentement ».

Du côté des consommateurs, l'Insee craint un « choc significatif de demande » qui va freiner la consommation. Les ménages ont le moral au plus bas, le niveau est toujours sous le seuil de celui enregistré avant la crise. Conséquence : le chômage va poursuivre son envolée. En fin d'année, il devrait être de 9,5%, soit 1,4 point de plus qu'il y a un an. Le gouvernement prévoit un million de chômeurs supplémentaires d'ici le printemps prochain.



Tags : croissance

Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Prospective | Industrie immobilière | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"



Les entretiens du JDE

Institut Sapiens : « Les concessions autoroutières préservent l’intérêt général »

​Jean-Luc Favène, Directeur Général de Lissac : "Notre modèle de franchise à tout pour séduire indépendants et primo-franchisés"

Quand Wall Street revêt les ailes d’Icare

La France doit consacrer l’importance stratégique d’une filière de l’hygiène

Sacha Lazimi (Yubo) : « En termes de communauté, nous sommes la première application sociale 100 % made in France »

Relance économique : de la nécessité d’intégrer la sécurisation des échanges inter-entreprises

Le chômage américain baisse… si vous excluez les CDD

TwentyTwo Real Estate: "agilité et rigueur face au risque" (Daniel Rigny)













Rss
Twitter
Facebook