Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Malgré sa condamnation, Christine Lagarde reste en poste au FMI





Le 20 Décembre 2016, par

Christine Lagarde conserve son poste de directrice générale du Fonds monétaire international. Elle a été reconnue coupable de négligence dans le dossier Tapie par la Cour de justice de la République, sans être condamnée à une quelconque peine.


Christine Lagarde a bénéficié de sa « personnalité » et de sa « réputation » auprès de la Cour de justice de la République. Certes, elle est coupable de négligences qui ont abouti au détournement par un tiers de fonds publics, en n’exerçant aucun recours contre la sentence de 403 millions d’euros en faveur de l’homme d’affaires Bernard Tapie.

Politiquement, cette condamnation sans peine est vivement critiquée de part et d’autre de l’Atlantique. Néanmoins, le conseil d’administration du FMI a réaffirmé sa « pleine confiance » envers la directrice générale, qui va donc pouvoir poursuivre ses activités et « s’acquitter efficacement de ses fonctions ».

Les administrateurs du FMI se sont réunis ce lundi 19 décembre suite au jugement de la Cour et examiner les développements de l’affaire. L’institution souligne la direction « exceptionnelle » de la coupable, ainsi que son « leadership incontesté » partout dans le monde. Christine Lagarde est la directrice du FMI depuis 2011, et elle a été reconduite à la tête du Fonds en juillet.


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur

Tags : fmi

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising








Les entretiens du JDE

Les entretiens du JDE

La crise des gilets jaunes analysée par Eric Delbecque

Les gilets jaunes sont-ils populistes ? par Francois-Bernard Huyghe

Christian Aghroum : Gilets jaunes et mobilisation numérique

Philippe Schleiter: "faire réussir des choses extraordinaires par des gens ordinaires"

Gilles Imbert, groupe Interconstruction : « Les promoteurs indépendants sont obligés, plus que les autres, de tenir leurs engagements »

Loïk Le Floch-Prigent : « En finir avec le dérèglement industriel »

Florent Skrabacz, CEO de Shadline : « L’invisibilité des données est la clé de la résilience numérique »

Général Soubelet : « Traitons les vrais problèmes, ne poussons pas les Français à la révolte »









Rss
Twitter
Facebook