Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Mandela : un saint pour l'humanité, mais qui n'a pas accompli de miracle économique





Le 6 Décembre 2013, par

Chômage massif, pauvreté, inégalités sociales… Le tableau de l'Afrique du Sud, qui pleure ce vendredi Madiba, reste bien noir. Le pays reste loin derrière le Brésil, la Russie, l'Inde et la Chine, ces BRICS qu'elle a rejoint en 2011, pourtant.


Mandela laisse un pays en bien piteux état, peut être l'héritage d'une politique proche du communisme qu'il affectionnait beaucoup...
Mandela laisse un pays en bien piteux état, peut être l'héritage d'une politique proche du communisme qu'il affectionnait beaucoup...

Ce vendredi, à lui la gloire, les hommages nationaux et internationaux. Pourtant, tout grand homme qu'il fut, Nelson Mandela n'a pas accompli de miracle économique en Afrique du Sud. Certes la croissance du pays s'est maintenu environ autour de 3,3 % depuis la fin du régime de l'Apartheid, mais elle est retombée violemment à 0,7 % au troisième trimestre de cette année, le taux le plus faible depuis 2009.

 

Membre des BRICS, l'Afrique du Sud reste donc  bien loin derrière ses acolytes en matière de croissance et de performances économiques. Avec 52 millions d'habitants, le pays est pourtant la première économique d'Afrique, représentant notamment plus de 30 % à elle seule du PIB de l'Afrique subsaharienne, et 70 % de celui de l'Afrique australe. 

 

Mais comme tout pays qui traite aujourd'hui avec l'Europe, l'Afrique du Sud souffre énormément, depuis 2012, de la crise de la monnaie unique, et du ralentissement de la demande internationale. Reste que le principal fléau du pays, c'est le chômage. Il dépasse 25 % de la population active. Certains diront que la France n'est guère loin d'un tel résultat, mais la richesse démographique n'est pas la même. Aujourd'hui, en Afrique du Sud, un Sud-Africain sur trois  a moins de 26 ans, et 60 % d'entre eux sont au chômage. 

 

L'an dernier, le gouvernement avait pourtant annoncé un plan de développement des infrastructures du pays, sur 15 ans. Aujourd'hui les besoins du pays pour se moderniser, notamment ses routes, ses ports, ses services collectifs, ses mines et ses ressources naturelles sont estimés à plus de 93 milliards de dollars. Actuellement, les véritables mesures concrètes tardent à être prises…



Jean-Baptiste Le Roux
Jean-Baptiste Le Roux est journaliste. Il travaille également pour Radio Notre Dame, en charge du... En savoir plus sur cet auteur


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?

Laurence Gilardo, déléguée syndicale SNTA/FO du groupe Casino : « les salariés comme les syndicats du groupe Casino doivent resserrer les rangs »

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF

Pierre Bergounioux : « Les gouvernements, de droite comme de gauche, ont accompli le tour de force, depuis un demi-siècle, de ne rien changer à l’ordre des choses »

Marc Lazar : « La peuplecratie, c’est l’idée que la souveraineté du peuple est sans limites ».

Guillemette Devernois : « Maladies rares : Il faut s’emparer des avancées de la recherche scientifique »

« Appel à la guérilla mondiale »

Nicolas Pham, cofondateur de Beaubleu : « la Maison aux aiguilles rondes »









Rss
Twitter
Facebook