Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Masques de protection : la France ne dépend plus de la Chine





Le 25 Août 2020, par Olivier Sancerre

La France a désormais les capacités de production suffisantes pour faire face à ses besoins en masques de protection. L'Hexagone n'est plus dépendant de la Chine, selon le gouvernement.


Filière masques

Au début de la crise sanitaire, une grande partie des masques de protection était importée de Chine. Ce n'est plus le cas, a assuré Agnès Pannier-Runacher, la ministre déléguée à l'Industrie. « Nous produisons 50 millions de masques sanitaires par semaine » et l'objectif est d'atteindre une capacité hebdomadaire de 60 millions d'ici le mois d'octobre. « Nous serons à 100 millions de masques sanitaires -FFP2 et chirurgicaux- en décembre », a poursuivi la ministre. Une production multipliée par deux en quelques mois, de quoi assurer les besoins des particuliers et des entreprises. Agnès Pannier-Runacher a fait les comptes : « Nous avons donc multiplié par 30 notre production de masques sanitaires ».

Cela signifie que la France n'est plus dépendante de la Chine. Les capacités de production nationale ajoutées à celles européennes permettent désormais au pays d'être autonome sur ce plan. « Si la Chine ferme, nous sommes capables de faire face ». En revanche, la ministre n'a pas caché les difficultés de production au niveau des gants de protection : pour ces produits, c'est l'approvisionnement en latex qui compte puisque c'est la matière première indispensable.

Coût pour les entreprises

Il y a les masques de protection sanitaire, mais aussi les masques en tissu pour lesquels la France a également développé une filière en un temps record. Ces masques sont « moins chers et aussi efficaces » contre le coronavirus, explique Agnès Pannier-Runacher. Le coût d'usage d'un tel masque est en effet de moins de 10 centimes, vante-t-elle, car ils sont lavables et donc réutilisables. « Beaucoup de Français les utilisent », selon elle.

Il se pose bien sûr le coût des masques. D'abord pour les familles au budget serré : le gouvernement a distribué 50 millions de masques cet été. Pour les entreprises, la ministre estime que le surcoût des mesures sanitaires s'établit entre 10 et 15%, « ce qui n'est pas négligeable ». Toutefois, elle indique que ce n'est pas à l'État de se « substituer aux chefs d'entreprise par rapport à ces coûts ». L'économie de marché, martèle-t-elle, c'est « aussi de payer les vrais coûts ».



Tags : masques

Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Prospective | Industrie immobilière | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"



Les entretiens du JDE

La fin du franc CFA : un livre qui bouscule les idées reçues.

C’est pire qu’un crime, c’est une faute

J’ai deux amours…

Institut Sapiens : « Les concessions autoroutières préservent l’intérêt général »

​Jean-Luc Favène, Directeur Général de Lissac : "Notre modèle de franchise à tout pour séduire indépendants et primo-franchisés"

Quand Wall Street revêt les ailes d’Icare

La France doit consacrer l’importance stratégique d’une filière de l’hygiène

Sacha Lazimi (Yubo) : « En termes de communauté, nous sommes la première application sociale 100 % made in France »













Rss
Twitter
Facebook