Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Michel Combes visé par les politiques et l'AMF





Le 2 Septembre 2015, par

Michel Combes, l'ex directeur général d'Alcatel-Lucent et futur patron de Numericable-SFR, est dans l'œil du cyclone. Non seulement les politiques lui reprochent un timing malheureux et une rémunération trop élevée pour son départ, mais encore le gendarme de la Bourse s'intéresse à sa situation.


© Shutterstock/EconomieMatin
© Shutterstock/EconomieMatin
Les conditions du départ de Michel Combes d'Alcatel-Lucent font encore des vagues. Son parachute doré pourrait lui rapporter près de 14 millions de dollars sur les trois prochaines années, alors que beaucoup lui reprochent d'avoir licencié des milliers d'employés — nécessaire, selon lui, pour redresser une entreprise au bord du gouffre, s'est-il défendu.

Mais les politiques ne l'entendent pas de cette oreille. Combes quitte en effet Alcatel-Lucent alors que le groupe est en pleine fusion avec Nokia. Pour Emmanuel Macron, le ministre de l'Économie, « il n’est pas compréhensible ni acceptable que M. Combes prenne la décision aujourd’hui de quitter l’entreprise alors que l’opération n’est pas terminée. Il n’est pas normal qu’un grand dirigeant d’entreprise quitte le navire le premier ».

Un cas « choquant », a réitéré Emmanuel Macron, et une manque de respect pour les « 55 000 salariés du groupe Alcatel-Lucent ». Mais ça n'est pas terminé. L'Autorité des marchés financiers, l'AMF, a annoncé qu'elle allait examiner des irrégularités possibles concernant le départ de Michel Combes. Ce dernier avait en effet assuré qu'il ne recevrait aucune indemnités de départ ni de rémunérations variables. Mais visiblement, ce n'était pas le cas…


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

Guerre économique : « c’est un leadership mondial qui se joue »

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?

Laurence Gilardo, déléguée syndicale SNTA/FO du groupe Casino : « les salariés comme les syndicats du groupe Casino doivent resserrer les rangs »

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF

Pierre Bergounioux : « Les gouvernements, de droite comme de gauche, ont accompli le tour de force, depuis un demi-siècle, de ne rien changer à l’ordre des choses »

Marc Lazar : « La peuplecratie, c’est l’idée que la souveraineté du peuple est sans limites ».

Guillemette Devernois : « Maladies rares : Il faut s’emparer des avancées de la recherche scientifique »

« Appel à la guérilla mondiale »










Rss
Twitter
Facebook