Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Migrants et réfugiés : l’Italie gronde





Le 15 Juin 2015, par

L’Italie ne saurait accueillir toute la misère du monde. Matteo Renzi, le Premier ministre du pays, est las de l’apathie qui règne en Europe sur cette question douloureuse. Il menace d’un plan B dont on ne sait rien, mais « fera du mal à l’Europe ».


© Shutterstock/EconomieMatin
© Shutterstock/EconomieMatin
Depuis le début de l’année, 57 000 réfugiés et migrants ont été secourus par l’Italie alors qu’ils naviguaient sur des embarcations de fortune. Sur l’ensemble de l’année dernière, ils avaient été 54 000… Le problème est donc très sérieux, en témoigne ces migrants bloqués aux frontières française et autrichienne.

Matteo Renzi, dont le pays soutient pratiquement seul, avec la Grèce, l’effort européen en la matière, exige la solidarité des pays membres. Le programme de répartition des migrants, qui consiste à répartir 24 000 réfugiés entre tous les pays de l’UE hors Italie et Grèce, a du mal à faire consensus. Hors, la Commission voudrait que les pays s’engagent à prendre en charge 40 000 migrants…

Devant les difficultés politiques soulevées par ce débat, les États ont bien du mal à s’entendre, et pendant ce temps l’Italie reste seule à devoir gérer cet afflux de migrants. Les textes devront évoluer, estime Renzi, comme ils l’ont fait lorsque les contrôles aux frontières ont été rétablis.


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur

Tags : réfugiés

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?

Laurence Gilardo, déléguée syndicale SNTA/FO du groupe Casino : « les salariés comme les syndicats du groupe Casino doivent resserrer les rangs »

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF

Pierre Bergounioux : « Les gouvernements, de droite comme de gauche, ont accompli le tour de force, depuis un demi-siècle, de ne rien changer à l’ordre des choses »

Marc Lazar : « La peuplecratie, c’est l’idée que la souveraineté du peuple est sans limites ».

Guillemette Devernois : « Maladies rares : Il faut s’emparer des avancées de la recherche scientifique »

« Appel à la guérilla mondiale »

Nicolas Pham, cofondateur de Beaubleu : « la Maison aux aiguilles rondes »









Rss
Twitter
Facebook