Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Minicrédits : l'UFC-Que Choisir porte plainte contre trois usuriers





Le 30 Avril 2021, par Olivier Sancerre

L'UFC-Que Choisir a décidé de s'attaquer aux organismes de minicrédits dont l'opacité des tarifs cache parfois des taux d'intérêt réels bien supérieurs au taux d'usure.


Derrière les beaux discours, des taux d'intérêt très hauts

Les minicrédits, dont les montants ne dépassent pas 1.000 euros, ne sont pas encadrés comme des crédits de consommation à part entière, explique l'UFC-Que Choisir. Ce qui laisse libre cours aux banques et aux sociétés financières pour imposer des taux d'intérêt extrêmement élevés, bien que ces organismes prêteurs présentent leur offre comme une alternative « responsable » au crédit classique ainsi qu'aux frais d'incidents bancaires liés au découvert.

Mais l'enquête de l'association de consommateurs montre que certaines de ces entreprises ont des pratiques plus que douteuses. Ainsi, si le client décide de demander le versement immédiat de la somme empruntée, ce qui est généralement le cas car le besoin est urgent, les frais sont très élevés vis à vis du microcrédit, jusqu'à 30 euros. L'avance est gratuite si l'on attend quatorze jours après la demande.

Des crédits à la consommation

Surtout, le taux d'intérêt annualisé des crédits proposés pour obtenir l'avance dans le délai annoncé est dissimulé. Pour plusieurs organismes prêteurs, le taux pratiqué dépasse allègrement le taux maximum autorisé des crédits conso, de quatre à plus de cent fois ! Chez Cashper, le taux est carrément de 2.234%… Des taux d'usure dénoncée par l'UFC-Que Choisir, qui a décidé de porter plainte contre trois représentants du secteur : Cashper, Bling et Floa Bank.

Ces trois « usuriers » sont accusés de pratiques commerciales trompeuses. La plainte a été déposée auprès du Procureur de la République de Paris. En parallèle, l'association demande aux législateurs européens de « mettre un terme aux passe-droits » accordés aux minicrédits, en les soumettant à la réglementation qui s'applique aux crédits classiques.



Tags : minicrédit

Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Prospective | Industrie immobilière | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"














Rss
Twitter
Facebook