Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Mistral : une facture de moins d'un milliard d'euros





Le 26 Août 2015, par

Les Mistral, ces deux bâtiments de guerre que la France devait livrer à la Russie cette année, ne l'ont finalement pas été suite aux événements en Ukraine et aux sanctions occidentales contre Moscou.


© Shutterstock/EconomieMatin
© Shutterstock/EconomieMatin
Cette affaire a embarrassé le gouvernement français pendant des mois, continue de susciter bien des interrogations. Si finalement Paris a décidé de ne pas livrer les deux navires, il n'en reste pas moins que la France va devoir rembourser tout ou partie des avoirs russes déjà versés pour la construction et la livraison des Mistral.

Une somme a commencé à circuler au sein des médias russes et ukrainiens, qui évoquent un montant de 950 millions d'euros. Beaucoup d'argent donc, mais cela correspond à peu près au montant versé par Moscou à Paris… Il reste cependant à valider la somme, ce que n'est pas encore prêt à faire le gouvernement.

Stéphane Le Foll, en sa qualité de porte-parole du gouvernement français, a cependant précisé que la non-livraison des Mistral à la Russie allait représenter une somme de moins d'un milliard d'euros. Le chiffre de 950 millions est donc crédible même s'il reste à confirmer.

C'est ce mercredi 26 août que le conseil des ministres a pris connaissance de l'accord passé entre la France et la Russie concernant ce problème ; l'Assemblée nationale votera le texte en septembre. Les discussions entre les deux capitales se sont déroulées au plus haut niveau.

La France a désormais deux bâtiments de guerre flambants neufs sur les bras. Plusieurs pays ont montré de l'intérêt pour les acheter, dont l'Inde et la Malaisie où le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, est justement en représentation actuellement.


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur

Tags : mistral, russie

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?

Laurence Gilardo, déléguée syndicale SNTA/FO du groupe Casino : « les salariés comme les syndicats du groupe Casino doivent resserrer les rangs »

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF

Pierre Bergounioux : « Les gouvernements, de droite comme de gauche, ont accompli le tour de force, depuis un demi-siècle, de ne rien changer à l’ordre des choses »

Marc Lazar : « La peuplecratie, c’est l’idée que la souveraineté du peuple est sans limites ».

Guillemette Devernois : « Maladies rares : Il faut s’emparer des avancées de la recherche scientifique »

« Appel à la guérilla mondiale »

Nicolas Pham, cofondateur de Beaubleu : « la Maison aux aiguilles rondes »









Rss
Twitter
Facebook