Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

MoryGlobal va mettre la clé sous la porte





Le 31 Mars 2015, par

C’en est bel et bien terminé pour MoryGlobal, qui a succédé à Mory Duclos. La liquidation judiciaire a été prononcée sans qu’aucune offre de reprise ne soit parvenue à satisfaire le propriétaire.


(c) Shutterstock/EconomieMatin
(c) Shutterstock/EconomieMatin
MoryGlobal est né sur les cendres de Mory Ducros, le transporteur de colis qui a disparu en février 2014. À l’époque, le repreneur, Arcole Industries, avait obtenu la suppression de la moitié des effectifs (soit 2 800 licenciements) et l’effacement de la dette de l’entreprise.

Un lourd tribut versé par les employés et les créanciers donc, mais qui n’a servi à rien : le transporteur routier, qui n’a pas su faire face à la concurrence étrangère et sans rebond, il était illusoire de poursuivre l’aventure. La société va donc pousser son dernier souffle. Il y a bien eu des offres de reprise, mais toutes partielles — l’ensemble du groupe MoryGlobal n’a intéressé aucun repreneur.

En bout de course, ce sont 2 200 emplois qui vont donc partir en fumée. « Les financements promis à la création de la société n'ont pas été au rendez-vous », explique Jean-Louis Demeulenaere, le PDG d’Arcole Industries, le fonds qui présidait aux destinées désormais funestes de MoryGlobal. L’entreprise possédait un réseau de 50 agences en France.


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur

Tags : moryglobal

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

Guerre économique : « c’est un leadership mondial qui se joue »

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?

Laurence Gilardo, déléguée syndicale SNTA/FO du groupe Casino : « les salariés comme les syndicats du groupe Casino doivent resserrer les rangs »

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF

Pierre Bergounioux : « Les gouvernements, de droite comme de gauche, ont accompli le tour de force, depuis un demi-siècle, de ne rien changer à l’ordre des choses »

Marc Lazar : « La peuplecratie, c’est l’idée que la souveraineté du peuple est sans limites ».

Guillemette Devernois : « Maladies rares : Il faut s’emparer des avancées de la recherche scientifique »

« Appel à la guérilla mondiale »










Rss
Twitter
Facebook