Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Nestlé a utilisé des traitements interdits pour ses eaux minérales





Le 30 Janvier 2024, par François Lapierre

Nestlé Waters, leader mondial de l'eau en bouteille, s'est retrouvé au cœur d'une controverse : le groupe a reconnu avoir utilisé des méthodes de traitement interdites pour certaines de ses eaux minérales, notamment Perrier, Vittel, Hépar et Contrex.


Les révélations troublantes de Nestlé

En 2021, Nestlé Waters a informé les autorités françaises avoir recouru à des traitements interdits (l'ultraviolet et les filtres au charbon actif) pour maintenir la « sécurité alimentaire » de certaines de ses eaux minérales. Ces méthodes, bien que visant à garantir la sécurité, ont fait dévier l'entreprise de la conformité réglementaire. La réglementation française interdit toute désinfection des eaux minérales, qui doivent être naturellement de haute qualité microbiologique, une norme que Nestlé a enfreint pendant des années.

Face à cette situation, l'entreprise a dû adapter ses méthodes pour se conformer aux normes. L'arrêt de ces traitements a conduit à la fermeture de certains puits, notamment dans les Vosges, affectant la production d'Hépar et de Contrex. Cette adaptation a été motivée par la nécessité de respecter une réglementation qui n'avait pas évolué depuis quinze ans et de répondre aux changements climatiques affectant la minéralité des eaux.

Pertes de part de marché

Sous la direction de Muriel Lienau, qui dirige Nestlé Waters Europe et l'ensemble des activités de Nestlé en France, l'entreprise a reconnu ses erreurs et a pris des mesures pour se conformer aux réglementations. Nestlé a investi cinquante millions d'euros et a réalisé dix-huit mois de travaux pour adapter ses sites. Ces efforts ont permis de convaincre les autorités françaises d'autoriser l'utilisation de nouvelles générations de micro-filtres.

Cependant, ces ajustements ont eu des conséquences financières et commerciales significatives. Nestlé a dû fermer deux puits dans les Vosges et lancer une nouvelle gamme d'eaux aromatisées « Maison Perrier » pour compenser la baisse de production. La production de Perrier a chuté de 1,7 milliard à 1,2 milliard de bouteilles par an. De plus, un plan social a été lancé sur le site des Vosges, affectant 171 salariés, soit 25 % de l'effectif.

L'affaire a eu un impact non négligeable sur la part de marché de Nestlé Waters en France, qui a reculé de 27 % à 23 %, et sur celle de Perrier, passant de 45 % à 40 %. Bien que l'entreprise ait réussi à préserver l'essentiel, l'aveu de cette erreur pourrait avoir des répercussions importantes sur son image.



Tags : Nestlé

Nouveau commentaire :
Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | Mémoire des familles, généalogie, héraldique | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Culture | Prospective | Immobilier, Achats et Ethique des affaires | Intelligence et sécurité économique - "Les carnets de Vauban"



Les entretiens du JDE

Les Arpents du Soleil: un vignoble normand dans la cour des grands

Tarek El Kahodi, président de l'ONG LIFE : "Il faut savoir prendre de la hauteur pour être réellement efficace dans des situations d’urgence"

Jean-Marie Baron : "Le fils du Gouverneur"

Les irrégularisables

Les régularisables

Aude de Kerros : "L'Art caché enfin dévoilé"

Robert Salmon : « Voyages insolites en contrées spirituelles »

Antoine Arjakovsky : "Pour sortir de la guerre"











Rss
Twitter
Facebook