Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Nissan déplore le renforcement de l'État français dans le capital de Renault





Le 2 Novembre 2015, par

Le renforcement du poids de l'État français dans le capital de Renault est désormais un « problème » pour Nissan. Hiroto Saikawa, directeur de la compétitivité du constructeur automobile, a exprimé son inquiétude sur ce sujet épineux.


© Shutterstock/EconomieMatin
© Shutterstock/EconomieMatin
Hiroto Saikawa, qui siège aussi au conseil d'administration de Renault, fait partie de ceux qui sont contre le poids supplémentaire pris par le gouvernement français au sein de l'entreprise. Il qualifie cette initiative de « problème important » source d'inquiétude pour le constructeur nippon.

L'opposition de Nissan est d'autant plus virulente qu'elle s'appuie sur des résultats solides pour l'entreprise japonaise : le premier semestre a été plus que positif, avec des ventes et des profits deux fois supérieurs à ceux de son homologue français. Un retournement de situation ironique : en 1999, c'était Renault qui sauvait Nissan de la déconfiture.

Au printemps, l'État français a porté sa participation dans le capital de Renault-Nissan à 19,7%, contre 15% auparavant. Une initiative qui a fortement déplu chez les partenaires japonais du groupe et qui pourrait les pousser à durcir le ton.


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur

Tags : nissan, renault

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising









Les entretiens du JDE

Les entretiens du JDE

Stéphane Roussel, COO de Vivendi et PDG de Gameloft : « Je me vois comme un dénicheur de talents »

La crise des gilets jaunes analysée par Eric Delbecque

Les gilets jaunes sont-ils populistes ? par Francois-Bernard Huyghe

Christian Aghroum : Gilets jaunes et mobilisation numérique

Philippe Schleiter: "faire réussir des choses extraordinaires par des gens ordinaires"

Gilles Imbert, groupe Interconstruction : « Les promoteurs indépendants sont obligés, plus que les autres, de tenir leurs engagements »

Loïk Le Floch-Prigent : « En finir avec le dérèglement industriel »

Florent Skrabacz, CEO de Shadline : « L’invisibilité des données est la clé de la résilience numérique »









Rss
Twitter
Facebook