Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Nokia supprime 460 emplois en France





Le 15 Janvier 2019, par François Lapierre

En France, Nokia va procéder à de nouvelles suppressions de postes. Ce sont 460 emplois qui sont touchés, ce qui représente 11% des effectifs d’Alcatel Lucent International, filiale du groupe finlandais.


Nokia, qui emploie un total de 5 516 personnes en France, gère plusieurs filiales : Nokia Bell Labs France, Alcatel Submarine Networks, Radio Frequency Systems et Alcatel Lucent International. Seule cette dernière entreprise est visée par ces suppressions d’emplois. Les 460 emplois vont concerner la finance, le marketing, les ressources humaines ; en revanche, la recherche et développement n’est pas ciblée : ce secteur occupe 60% des effectifs d’une filiale qui emploie 4 136 personnes. Chez Nokia France, on explique ce plan social par la volonté de continuer à se transformer et de maîtriser les coûts.

Nokia ne veut pas procéder à des licenciements secs, et mise sur des départs volontaires. C’est le 24 janvier que la direction présentera son projet de restructuration aux organisations syndicales. Il s’agit toutefois du troisième plan social de Nokia depuis 2015 et l’acquisition d’Alcatel Lucent. La précédente coupe avait supprimé 532 postes. À l’époque, Nokia avait donné des assurances au gouvernement français : le maintien d’au moins 4 300 emplois dans l’Hexagone (2 500 rien que dans la recherche et développement).

Après en avoir terminé avec son activité de constructeur de smartphones (la marque est licenciée à un tiers), l’entreprise finlandaise s’est concentrée sur trois domaines d’activité : la sécurité informatique, les réseaux pour les objets connectés ainsi que la 5G. Nokia compte deux centres d’excellence dans ce dernier secteur en France, à Nozay (région parisienne) et Lannion (Bretagne).



Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising | Juris | Art & Marché | Billets d'humeur | Industrie immobilière



Les entretiens du JDE

Frederic Buisson, délégué syndical Groupe adjoint CFE – CGC du groupe Casino : "Casino conserve un temps d’avance par rapport à la concurrence"

François Bertauld, PDG de Médiane Système : "Aujourd’hui les entreprises de services du numérique sont devenues un soutien essentiel à l’innovation industrielle."

Justine Huiwen ZHANG : "Mieux comprendre la Chine"

Bernard Attali : "Un vent de violence"

Guerre économique : « c’est un leadership mondial qui se joue »

​Droite-gauche : la fin d’une époque ?

Laurence Gilardo, déléguée syndicale SNTA/FO du groupe Casino : « les salariés comme les syndicats du groupe Casino doivent resserrer les rangs »

« Dans les échanges économiques entre les entreprises, la professionnalisation et l’éthique sont indissociables de la fonction achat », Bruno Crescent, ancien directeur des achats d’EDF










Rss
Twitter
Facebook