Journal de l'économie

Envoyer à un ami
Version imprimable

Nouveau défaut de paiement pour l'Argentine





Le 31 Juillet 2014, par

L'Argentine est de nouveau en défaut de paiement. Le gouvernement n'a pas trouvé d'accord avec les fonds vautours qui lui réclamaient le remboursement à 100% de leurs créances acquises à vil prix lors de la précédente faillite du pays, au début des années 2000.


(c) Shutterstock/EconomieMatin
(c) Shutterstock/EconomieMatin
Pas de terrain d'entente donc entre l'Argentine et ces fonds spéculatifs américains NML et Aurelius, qui demandaient 1,3 milliard de dollars contre leur 1% de dette. Un juge américain, Thomas Griesa, avait condamné le pays à rembourser ces fonds avant le 30 juillet. 
 
Le pays estime qu'il s'agit non seulement d'extorsion, mais aussi d'un premier pas très dangereux vers de possibles réclamations des autres détenteurs de créances. À terme, le chiffre de 130 milliards de dollars a circulé, une somme que le pays ne peut pas se permettre de débourser (ses réserves se montent à 30 milliards…)
 
L'Argentine demandait un délai jusqu'en janvier, où le gouvernement aurait retrouvé un peu d'air et d'argent, mais rien n'y a fait : malgré des négociations de dernière minute à New York, le pays a refusé de payer et se retrouve depuis ce jeudi en défaut de paiement. « « L'Argentine est prête à dialoguer, à trouver un consensus. Nous allons chercher une solution juste, équilibrée et légale pour 100 % de nos créanciers » avait indiqué Axel Kicillof, le ministre de l'Économie argentin qui a fait le voyage de la dernière chance à New York.
 
Cette absence d'accord signifie donc un nouveau défaut de paiement pour l'Argentine, avec des conséquences qui pourraient être particulièrement lourdes pour le pays.


Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, Olivier Sancerre est aussi versé dans... En savoir plus sur cet auteur


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Le JDE promeut la liberté d'expression, dans le respect des personnes et des opinions. La rédaction du JDE se réserve le droit de supprimer, sans préavis, tout commentaire à caractère insultant, diffamatoire, péremptoire, ou commercial.

France | International | Entreprises | Management | Lifestyle | Blogs de la rédaction | Divers | Native Advertising







Master Class

Master Class

Fabrice Lépine, DG de Wonderbox : "Nos partenaires sont les premiers ambassadeurs de notre marque"

Vincent Stellian, président de Quietalis : « Nos clients et nos partenaires nous font confiance parce que nous sommes indépendants »

Citelum veut "prolonger la vie au-delà de la tombée de la nuit." Jean-Daniel Le Gall, directeur général adjoint.

Agriculture : le printemps européen du ministre Stéphane Travert

Olivier Maes, le monde comme territoire de marque.

Homelike Home, la Dream Team de la chasse immobilière en France

Mode : la vraie révolution digitale a juste démarré

Les enjeux de la délégation de pouvoirs

















Rss
Twitter
Facebook